MOI AUSSI, JE VOUS ATTENDS

Salutation du Saint-Père avant son départ de Rome

(En différé au Canada vers le 4 ou 5 septembre 1984)

 

Chers Amis du Canada,

 

Je sais que vous m'attendez, depuis longtemps. Déjà à l'occasion de mon voyage aux États-Unis en 1979, la Conférence des évêques catholiques du Canada exprimait son désir que je m'arrête en votre pays. Je recevais même une invitation signée par plusieurs milliers d'entre vous.

 

Comme ce projet n'avait pu se réaliser, les évêques catholiques renouve­laient leur invitation en 1981 et puis, après mon accident, en 1982. J'étais heureux lorsqu'il a été enfin possible de vous annoncer que je me rendrais chez vous du 9 au 20 septembre 1984. Votre pays s'est avéré si grand que j'ai dû ajouter une autre journée à mon voyage. Je tenais tellement à me rendre chez nos frères et soeurs Amérindiens et Inuit.

 

Depuis l'annonce officielle de ma visite, j'ai reçu de nombreuses lettres qui m'ont grandement fait plaisir. Son Excellence Edward Schreyer et. l'Honorable Pierre Trudeau, respectivement votre gouverneur général et votre Premier ministre d'alors, s'empressaient de me souhaiter la bienve­nue et de m'assurer d'un accueil chaleureux de la part des Canadiens. Des jeunes de votre pays m'ont exprimé leur affection ainsi que leurs désirs de paix, de justice et de fraternité. Une lettre signée par des Chefs de plusieurs Eglises chrétiennes m'a profondément touché. Ils se montraient disponibles pour une rencontre et m'assuraient de l'a prière de leurs fidèles pour le succès de mon voyage. J'ai d'ailleurs appris que des Chefs d'autres religions avaient également offert leur collaboration à l'occasion de ma visite. Enfin, j'ai surtout appris que des milliers de canadiens et de canadiennes travaillent très sérieusement mais aussi avec enthousiasme à la préparation de ma venue.

 

Objet de tant d'attention et de dévouement, je pourrais me sentir gêné; pourtant, le sentiment qui prévaut chez moi est plutôt la hâte de me trouver parmi vous. J'ai hâte, car cette attention que vous me portez, cet engagement que vous vous imposez, j'ai la certitude qu'ils revien­dront chez vous sous la forme d'un don du Seigneur. Vous en serez sur­pris, étonnés, ravis même. J'en ai fait maintes fois l'expérience au cours de mes voyages.

 

Que se passe-t-il donc? L'événement qui se produit à l'occasion de mes voyages n'est pas tout à fait celui que l'on attend.

 

On attend un homme et on se retrouve dans une immense communauté humaine. On attend un chef spirituel et on se retrouve dans une assemblée de croyants. On attend le pape et on se retrouve en Église.

 

Grâce à ce merveilleux instrument qu'est la télévision, vous avez vu ces foules immenses autour du pape. Au premier abord, il peut vous appa­raître simplement comme une vedette; il est avant tout un rassembleur. L'événement qui surgit dans la conscience des.gens qui sont là, c'est moins la rencontre du pape que l'expérience de la fraternité, de la com­munauté de foi, de la communion à la Bonne Nouvelle de Jésus.

 

Chers Amis du Canada, on vous a dit que ma visite chez vous était celle d'un Pasteur, Le pasteur, c'est celui qui rassemble. Les évêques, les chefs religieux, le font dans leur milieu respectif. Plus on permet au pasteur de jouer son rôle, plus on répond S son appel en se rassemblant autour de lui, plus il s'insère naturellement dans l'assemblée qu'il sus­cite.

 

C'est dire que si vous m'attendez, de mon côté, je vous attends encore davantage car vous seuls pouvez faire en sorte que vos préparatifs et mon séjour parmi vous portent leurs fruits véritables. Je vous attends donc en tous ces lieux de rendez-vous que l'on a préparés.

 

Rassemblons-nous comme frères et soeurs en humanité; nous approfondirons notre goût de la fraternité et notre volonté de justice.

 

Rassemblons-nous comme croyants en Dieu; nous nous découvrirons fils et filles d'un même Père et nous apprendrons où se trouve la base d'une paix véritable.

 

Rassemblons-nous comme croyants au Seigneur Jésus; nous découvrirons une espérance définitive qui nous mettra au service des espoirs légitimes des hommes et des femmes de ce temps.    

 

Vous m'attendez, je vous arrive bientôt; mais moi aussi je vous attends, car c'est ensemble et dans le respect de nos convictions que nous allons célébrer aotre foi  dans le Seigneur Jésus, en  Dieu et en l'humanité.

 

Conférence des évêques catholiques du Canada

Canadian Conference of Catholic Bishops