DOCUMENT D’INFORMATION PRÉPARÉ PAR L’ORGANISME CATHOLIQUE POUR LA VIE ET LA FAMILLE (OCVF)

 

L’enseignement de l'Église catholique

et déclarations publiques sur le mariage 

 

Le catéchisme de l'Église catholique

 

Une communion de vie et d’amour

 

No1660 – « L’alliance matrimoniale, par laquelle un homme et une femme constituent entre eux une intime communauté de vie et d’amour, a été fondée et dotée de ses lois propres par le Créateur. De par sa nature elle est ordonnée au bien des conjoints ainsi qu’à la génération et l’éducation des enfants. Elle a été élevée entre baptisés par le Christ Seigneur à la dignité de sacrement. »

 

La grâce du sacrement

 

No1661 – « Le sacrement du Mariage signifie l’union du Christ et de l'Église. Il donne aux époux la grâce de s’aimer de l'amour dont le Christ a aimé son Église; la grâce du sacrement perfectionne ainsi l’amour humain des époux, affermit leur unité indissoluble et les sanctifie sur le chemin de la vie éternelle. »

 

L’unité profondément personnelle de l'amour conjugal

 

No1643 – « L’amour conjugal comporte une totalité où entrent toutes les composantes de la personne – appel du corps et de l'instinct, force du sentiment et de l'affectivité, aspiration de l'esprit et de la volonté -; il vise une unité profondément personnelle, celle qui, au-delà de l'union en une seule chair, conduit à ne faire qu’un seul cœur et qu’une âme; il exige l’indissolubilité et la fidélité dans la donation réciproque définitive; et il ouvre sur la fécondité. »

 

Le Concile œcuménique Vatican II, L’Église dans le monde de ce temps – Constitution pastorale, no 50

 

Dès l’origine, Dieu les créa homme et femme

 

« Le mariage et l’amour conjugal sont d’eux-mêmes ordonnés à la procréation et à l’éducation des enfants. D’ailleurs, les enfants sont le don le plus excellent du mariage et ils contribuent grandement au bien des parents eux-mêmes. Dieu lui-même qui a dit : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul » (Gn 2, 18) et qui dès l’origine a fait l’être humain homme et femme (cf. Mat 19, 4), a voulu lui donner une participation spéciale dans son œuvre créatrice; aussi a-t-il béni l’homme et la femme, disant : « Soyez féconds et multipliez-vous » (Gn 1, 28). Dès lors, un amour conjugal vrai et bien compris, comme toute la structure de la vie familiale qui en découle, tendent à rendre les époux disponibles pour coopérer courageusement à l’amour du Créateur et du Sauveur qui, par eux, veut sans cesse agrandir et enrichir sa propre famille. »

 

L’amour mutuel des époux

 

« Le mariage cependant n’est pas institué en vue de la seule procréation. Mais c’est le caractère même de l'alliance indissoluble qu’il établit entre les personnes, comme le bien des enfants, qui requiert que l’amour mutuel des époux s’exprime lui aussi dans sa rectitude, progresse et s’épanouisse. C’est pourquoi, même si, contrairement au vœu souvent très vif des époux, il n’y a pas d’enfant, le mariage, comme communauté et communion de toute la vie, demeure, et il garde sa valeur et son indissolubilité. »

 

Le Code de droit canonique

 

Canon 1055 - § 1. « L’alliance matrimoniale, par laquelle un homme et une femme constituent entre eux une communauté de toute la vie, ordonnée par son caractère naturel au bien des conjoints ainsi qu’à la génération et à l’éducation des enfants, a été élevée entre baptisés par le Christ Seigneur à la dignité de sacrement. »

 

La Conférence des évêques catholiques du Canada

 

Note : Les dimensions anthropologique, personnelle, sociale et religieuse du mariage sont développées plus complètement dans le Mémoire de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), déposé devant le Comité permanent de la Justice et des droits de la personne de la Chambre des communes, le 13 février 2003. Ce Mémoire se retrouve sur le site Internet de l'OCVF sous la rubrique « Prises de parole » et sur le site de la CECC : http://www.cccb.ca

 

Le mariage a une dimension anthropologique, personnelle, sociale et religieuse

 

« Nous soutenons le maintien de la reconnaissance du mariage comme l’union légitime entre une femme et un homme à l’exclusion de toute autre personne. Nous croyons que les fins et les caractéristiques fondamentales du mariage sont : le bien du couple, la procréation et l’éducation des enfants. Ces fins font du mariage un bien irremplaçable pour la société. De plus, le mariage possède une dimension anthropologique, personnelle, sociale et religieuse. »

 

La dimension anthropologique du mariage

 

« Le mariage est fondé sur des présupposés anthropologiques bien définis et ancrés dans l’être personnel de la femme et de l'homme. Parmi ces présupposés, se retrouvent : l’être humain en tant qu’être social et son désir d’entrer en relation; l’égalité entre la femme et l’homme; le caractère complémentaire et mutuel des deux sexes; l’amour de l’autre, sexuellement différent et complémentaire. » […]

 

La dimension personnelle du mariage

 

« L’amour conjugal entre l’époux et l’épouse va bien au-delà de la sentimentalité lorsque l’un et l’autre s’engagent, dans la complémentarité et la mutualité, à se donner totalement en tant qu’homme et femme. Chacun des époux convie et appelle l’autre à devenir « ce qu’il est » en tant qu’homme et en tant que femme selon le dessein de Dieu. » […]

 

La dimension sociale du mariage

 

« Émergeant et s’enracinant dans le mariage, la famille, quant à elle, fournit un milieu stable et le lieu le plus propice à la prise en charge des enfants et à l’éducation des générations futures. Le mariage assure la stabilité psychologique et affective indispensable aux enfants. C’est au sein d’une famille que se fait l’apprentissage de la socialisation et de l'éducation à l’amour de celles et ceux qui constitueront la société de demain. Nous croyons que le mariage est un état de vie unique, bénéfique aux couples, à ses futurs enfants et à la société. » […]

 

« Le mariage est à la fois l’expression d’un engagement personnel et profond entre une femme et un homme qui s’aiment et l’expression d’un engagement social sérieux d’un couple envers la société et de la société envers le couple lui-même. Le mariage entre une femme et un homme constitue la cellule de base de la société, le noyau sociétal d’où naissent et sont élevés les enfants. C’est en raison de ce rôle irremplaçable des couples mariés dans - la mise au monde et la prise en charge - d’enfants, que la société en retour s’engage à les reconnaître et à les protéger. Cette réciprocité comporte des conséquences aux niveaux démographique, social, intergénérationnel et économique que nous ne pouvons écarter comme société, sans nous mettre en péril. » […] 

 

La dimension religieuse du mariage

 

« Au sens chrétien, le mariage désigne une femme et un homme qui créent ensemble une même « histoire sainte », histoire commencée pour l’un et l’autre au moment du baptême et qui se transforme en communauté de vie et d’amour, pour devenir signe de l'amour du Christ pour son Église. » […]

 

« Le bien et la sainteté du mariage sont essentiellement reliés aux biens intrinsèques de l’amour matrimonial lui-même :  la liberté, la fidélité, la durée, la fécondité et l’éducation des enfants. C’est précisément en vue de protéger et de promouvoir ces admirables biens humains que l’Église catholique propose le sacrement du mariage, signe du don de la vie et de l’amour du Christ pour son Église. » […]

 

 

 

L’Organisme catholique pour la vie et la famille

 

La grandeur et la grâce du mariage

 

« Nous déclarons que le mariage est ce lien unique et exclusif entre une femme et un homme dont l’amour éclate en fécondité jusque dans la mise en ce monde d’enfants.

 

Nous croyons que la transmission de génération en génération de l'amour matrimonial mille fois communiqué d’un couple à un autre couple, d’une famille à une autre famille, est l’indubitable évidence de la grandeur et de la grâce du mariage. Il mérite le soutien et la protection de la société et de l'Église. »

 

(L’OCVF, En amour pour la vie!, 2002)

 

Déclaration œcuménique sur le mariage chrétien

 

Une relation d’amour, de don de soi et de fidélité

 

« Nous croyons que le mariage est cette union sainte dans laquelle s’engagent, avec l’aide de Dieu, un homme et une femme, afin de construire une relation d’amour, de don de soi et de fidélité qui durera toute la vie. Dieu a établi le mariage dans l’ordre de la création et de la rédemption afin que les époux grandissent dans l’amour l’un pour l’autre, qu’ils donnent la vie, prennent soin et éduquent leurs enfants. »

 

(Déclaration conjointe de la Conférence nationale des évêques catholiques et de trois organisations protestantes des États-Unis, 14 novembre 2000)

 

25 mars 2003