image3.jpg

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon
Objet des recommandations : no. dans
Verbum Domini
Clergé
Évêques
Lecture fréquente, étude assidue de l’Écriture 79
Prêtres
Aider les familles
Approfondir le lien entre Parole et Sacrement
Familiarité avec la Parole de Dieu 
Importance de l’animation biblique
Proclamer la Parole de Dieu
Utiliser l’Évangéliaire
85
53
80
73
58
67
Diacres
Aider les familles
Approfondir le lien entre Parole et Sacrement
Proclamer la Parole de Dieu
Utiliser l’Évangéliaire
85
53
58
67
Séminaristes
Besoin d’une approche intégrée des études bibliques
Besoin d’une herméneutique de la foi dans la formation
82
47

 

L’Évêque doit donner la première place à la lecture et à la méditation de la Parole de Dieu.

  •  « Pour nourrir et faire progresser sa vie spirituelle, l’évêque doit toujours mettre “à la première place la lecture et la méditation de la Parole de Dieu.”  (Verbum Domini 79)

Les familles devraient enseigner la Parole de Dieu à leurs enfants, et se joindre à d’autres familles, le cas échéant, pour la prière et la méditation.

  • Famille : “En effet, c’est à la paternité et à la maternité vécus de façon authentique qu’il revient de communiquer et de témoigner du sens de la vie dans le Christ : à travers leur fidélité et l’unité de la vie de famille, les époux sont pour leurs enfants les premiers messagers de la Parole de Dieu. La communauté ecclésiale doit les soutenir et les aider à développer la prière en famille, l’écoute de la Parole et la connaissance de la Bible. C’est pourquoi le Synode souhaite que chaque foyer ait sa Bible et la conserve dignement, afin de pouvoir la lire et l’utiliser dans la prière. L’aide nécessaire peut être fournie par les prêtres, les diacres ou les laïcs bien préparés. Le Synode a recommandé aussi la création de petites communautés composées de familles, où l’on pratique la prière et la méditation commune de passages choisis des Écritures.” (Verbum Domini 85)

Il faut expliquer l’unité que forment Parole et Sacrement dans le mystère de l’Église.

  •  « Il est certain que “la liturgie de la Parole est un élément décisif dans la célébration de chacun des Sacrements de l’Église” ; néanmoins, dans l’action pastorale, les fidèles ne sont pas toujours conscients de ce lien et ne perçoivent pas toujours l’unité entre le geste et la parole. “Il appartient aux prêtres et aux diacres, surtout lorsqu’ils administrent les Sacrements, de mettre en lumière l’unité que Parole et Sacrement forment dans le ministère de l’Église” ». (Verbum Domini 53)

Les prêtres doivent se familiariser avec la Parole de Dieu.

  • “[L]e prêtre lui-même doit tout d’abord acquérir une grande familiarité avec la Parole de Dieu. Il ne lui suffit pas d’en connaître l’aspect linguistique ou exégétique, ce qui est cependant nécessaire. Il lui faut accueillir la Parole avec un cœur docile et priant, pour qu’elle pénètre à fond dans ses pensées et ses sentiments et engendre en lui un esprit nouveau, ‘la pensée du Christ’ (1 Co 2, 16).” (Verbum Domini 80)

La Parole de Dieu doit occuper une place centrale dans tous les aspects de la vie de l’Église.

  • « Il ne s’agit donc pas d’ajouter quelques rencontres dans la paroisse ou dans le diocèse, mais de vérifier que, dans les activités habituelles des communautés chrétiennes, dans les paroisses, dans les associations et dans les mouvements, on a vraiment à cœur la rencontre personnelle avec le Christ qui se communique à nous dans sa Parole. Ainsi, si “l’ignorance de la Sainte Écriture est ignorance du Christ”, l’animation biblique de toute la pastorale ordinaire et extraordinaire conduira à une plus grande connaissance de la personne du Christ, Révélateur du Père et plénitude de la Révélation divine. J’exhorte donc les Pasteurs et les fidèles à tenir compte de l’importance de cette animation : ce sera aussi la meilleure façon de faire face à certains problèmes pastoraux mis en évidence au cours de l’Assemblée synodale liés, par exemple, à la prolifération des sectes qui répandent une lecture déformée et instrumentalisée de la Sainte Écriture. » (Verbum Domini 73)

Les lecteurs qui proclament la première ou la deuxième lecture à la Messe doivent recevoir une préparation et une formation adéquate.

  • “Durant l’Assemblée synodale sur l’Eucharistie, il avait déjà été demandé qu’un plus grand soin soit apporté dans la proclamation de la Parole de Dieu. Comme on le sait, tandis que l’Évangile est proclamé par le prêtre ou le diacre, la première et la seconde lectures, dans la tradition latine, sont proclamées par le lecteur choisi, homme ou femme. Je voudrais ici me référer aux Pères synodaux qui, encore en cette circonstance, ont souligné la nécessité de soigner par une formation adéquate l’exercice du munus du lecteur dans la célébration liturgique et, de manière particulière le ministère du lectorat qui, comme tel dans le rite latin, est un ministère laïc. Il est nécessaire que les lecteurs chargés d’un tel service, même s’ils n’ont pas été institués, soient vraiment aptes et préparés avec soin. Une telle préparation doit être aussi bien biblique et liturgique que technique : « La formation biblique doit permettre aux lecteurs de situer les lectures dans leur contexte propre et de comprendre, à la lumière de la foi, le point central du message révélé. La formation liturgique doit fournir aux lecteurs la possibilité de saisir le sens et la structure de la liturgie de la Parole et de comprendre les liens entre celle-ci et la liturgie eucharistique. La préparation technique doit rendre les lecteurs toujours plus compétents dans l’art de lire devant le peuple, soit directement, soit en utilisant les moyens modernes qui amplifient la voix ». » (Verbum Domini 58)

Il solenniser davantage la proclamation de l’Évangile.

  • Suggestion : « [S]olenniser, surtout dans les fêtes liturgiques importantes, la proclamation de la Parole, spécialement l’Évangile, en utilisant l’évangéliaire porté en procession pendant le rite d’entrée, puis placé sur l’ambon par le diacre ou par un prêtre pour être proclamé. … il est bon de mettre en valeur la proclamation de la Parole de Dieu par le chant, notamment l’Évangile, surtout en certaines solennités. Il serait bon de chanter le salut, l’annonce initiale “Évangile de…” et la fin “Acclamons la Parole de Dieu”, pour souligner l’importance de ce qui est lu. » (Verbum Domini 67)

Les familles devraient enseigner la Parole de Dieu à leurs enfants, et se joindre à d’autres familles, le cas échéant, pour la prière et la méditation.

  • Famille : “En effet, c’est à la paternité et à la maternité vécus de façon authentique qu’il revient de communiquer et de témoigner du sens de la vie dans le Christ : à travers leur fidélité et l’unité de la vie de famille, les époux sont pour leurs enfants les premiers messagers de la Parole de Dieu. La communauté ecclésiale doit les soutenir et les aider à développer la prière en famille, l’écoute de la Parole et la connaissance de la Bible. C’est pourquoi le Synode souhaite que chaque foyer ait sa Bible et la conserve dignement, afin de pouvoir la lire et l’utiliser dans la prière. L’aide nécessaire peut être fournie par les prêtres, les diacres ou les laïcs bien préparés. Le Synode a recommandé aussi la création de petites communautés composées de familles, où l’on pratique la prière et la méditation commune de passages choisis des Écritures.” (Verbum Domini 85)

Il faut expliquer l’unité que forment Parole et Sacrement dans le mystère de l’Église.

  •  « Il est certain que “la liturgie de la Parole est un élément décisif dans la célébration de chacun des Sacrements de l’Église” ; néanmoins, dans l’action pastorale, les fidèles ne sont pas toujours conscients de ce lien et ne perçoivent pas toujours l’unité entre le geste et la parole. “Il appartient aux prêtres et aux diacres, surtout lorsqu’ils administrent les Sacrements, de mettre en lumière l’unité que Parole et Sacrement forment dans le ministère de l’Église” ». (Verbum Domini 53)

Les lecteurs qui proclament la première ou la deuxième lecture à la Messe doivent recevoir une préparation et une formation adéquate.

  • “Durant l’Assemblée synodale sur l’Eucharistie, il avait déjà été demandé qu’un plus grand soin soit apporté dans la proclamation de la Parole de Dieu. Comme on le sait, tandis que l’Évangile est proclamé par le prêtre ou le diacre, la première et la seconde lectures, dans la tradition latine, sont proclamées par le lecteur choisi, homme ou femme. Je voudrais ici me référer aux Pères synodaux qui, encore en cette circonstance, ont souligné la nécessité de soigner par une formation adéquate l’exercice du munus du lecteur dans la célébration liturgique et, de manière particulière le ministère du lectorat qui, comme tel dans le rite latin, est un ministère laïc. Il est nécessaire que les lecteurs chargés d’un tel service, même s’ils n’ont pas été institués, soient vraiment aptes et préparés avec soin. Une telle préparation doit être aussi bien biblique et liturgique que technique : « La formation biblique doit permettre aux lecteurs de situer les lectures dans leur contexte propre et de comprendre, à la lumière de la foi, le point central du message révélé. La formation liturgique doit fournir aux lecteurs la possibilité de saisir le sens et la structure de la liturgie de la Parole et de comprendre les liens entre celle-ci et la liturgie eucharistique. La préparation technique doit rendre les lecteurs toujours plus compétents dans l’art de lire devant le peuple, soit directement, soit en utilisant les moyens modernes qui amplifient la voix ». » (Verbum Domini 58)

Il solenniser davantage la proclamation de l’Évangile.

  • Suggestion : « [S]olenniser, surtout dans les fêtes liturgiques importantes, la proclamation de la Parole, spécialement l’Évangile, en utilisant l’évangéliaire porté en procession pendant le rite d’entrée, puis placé sur l’ambon par le diacre ou par un prêtre pour être proclamé. … il est bon de mettre en valeur la proclamation de la Parole de Dieu par le chant, notamment l’Évangile, surtout en certaines solennités. Il serait bon de chanter le salut, l’annonce initiale “Évangile de…” et la fin “Acclamons la Parole de Dieu”, pour souligner l’importance de ce qui est lu. » (Verbum Domini 67)

Il faut enseigner aux séminaristes le lien entre études bibliques et prière avec l’Écriture.

  • “Le Synode a recommandé que les séminaristes soient aidés concrètement à voir la relation entre l’étude biblique et la prière avec l’Écriture. … Dans ce but, il faut que les candidats soient initiés à une étude de la Sainte Écriture par des méthodes qui en favorisent une telle approche intégrale.” (Verbum Domini 82)

L’herméneutique de la foi est nécessaire à la formation exégétique et théologique, notamment pour les séminaristes.

  •  « Une autre conséquence qui dérive d’une herméneutique correcte de la foi concerne la nécessité d’en montrer les implications pour la formation exégétique et théologique, en particulier des candidats au sacerdoce. » (Verbum Domini 47)
 
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcanada fr quicklink
DP FR Quick






FaitesUnDon
ResponsibleMinistry FR
Amoris Laetitia Reflection Guide FR
wydcanada fr logo
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille

dyk5

Les couleurs du site web représentent les symboles héraldiques officiels des évêques. La couleur verte correspond au "chapeau de sinople" (chapeau ecclésiastique) et aux six glands (de chaque côté) qui forment les tenants et le cimier des armoiries de chaque évêque tandis que l'or représente la croix processionnelle. Plus d'info...