image35.jpg

Les évêques réfléchissent aux répercussions de la légalisation du suicide assisté et de l’euthanasie et au 5e centenaire de la Réforme protestante

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

Plenary 2016-1(CECC – Ottawa)... L'Assemblée plénière 2016 de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) a débuté hier et se poursuivra jusqu'au 30 septembre au Centre Nav Canada, à Cornwall, en Ontario. La réunion est présidée par Mgr Douglas Crosby, O.M.I., évêque de Hamilton et président de la CECC, qui a présenté son rapport annuel pendant la séance d'ouverture. En cette première journée de réunion, les évêques ont principalement réfléchi aux conséquences de la loi C-14, qui a légalisé le suicide assisté et l'euthanasie au Canada. Son Éminence le cardinal Willem Eijk, archevêque d'Utrecht, aux Pays-Bas, a donné une conférence sur les répercussions sociales et culturelles de la légalisation du suicide assisté et de l'euthanasie aux Pays-Bas et ailleurs. La journée a commencé par la célébration de l'Eucharistie, présidée par Mgr Crosby avec la participation de l'école secondaire catholique Holy Trinity.

Plenary 2016-3À titre de théologien moraliste, éthicien médical et médecin, le cardinal Eijk a donné un aperçu de l'expérience vécue dans son pays. Il a dit qu'au début, des arguments en faveur de l'euthanasie et du suicide assisté ont été exprimés en 1969 ; ensuite, l'euthanasie médicale a été fréquemment pratiquée dans les années 1970, puis la première loi réglementant provisoirement l'euthanasie a été adoptée en 1993. Depuis ce temps, dit-il, le sentiment populaire permet l'euthanasie et le suicide assisté par un médecin pour les personnes souffrant de troubles affectifs et de maladies psychiatriques, y compris la dépression, ainsi que le fait d'enlever la vie aux nouveau-nés ayant des handicaps. En même temps, les médecins qui pratiquaient fréquemment l'euthanasie reçoivent maintenant moins de demandes en raison de l'accessibilité croissante des soins palliatifs et du fait que le public en est mieux informé.

« Qu'est-ce que l'expérience des Pays-Bas peut apprendre aux politiciens, aux décideurs et aux travailleurs des soins de santé des autres pays? » a-t-il demandé. Il a répondu que tout d'abord, on n'a aucun besoin d'une « nouvelle éthique médicale » en plus de celle qui est offerte par les soins palliatifs : « ramener à un degré supportable les souffrances des gens ayant des maladies incurables, et aider ceux-ci à redécouvrir la dignité de leur vie en leur prodiguant avec amour des soins professionnels : des soins humains, médicaux, socio-psychologiques et pastoraux; bref, des soins qui s'adressent à toute la personne ». Deuxièmement, l'expérience des Pays-Bas offre la preuve empirique qu'une fois qu'on ouvre un petit peu la porte, elle s'ouvre davantage très facilement. « Une fois qu'on permet de mettre fin à la vie pour un certain genre de souffrances, pourquoi ne le permettrait-on pas pour des souffrances un tout petit peu moins grandes? » La troisième leçon à apprendre, a-t-il dit, est que les soins palliatifs respecte la capacité des gens qui souffrent grandement, soit d'une maladie, soit de handicaps, de retrouver la dignité de leur vie et de continuer de vivre malgré leur situation.

Dans son rapport annuel, Mgr Crosby a souligné plusieurs initiatives auxquelles la Conférence a participé, notamment pour promouvoir les soins palliatifs et les soins à domicile et pour mobiliser les appuis locaux en faveur de tels soins, en plus de presser les politiciens fédéraux et provinciaux de respecter la liberté de conscience et de religion des fournisseurs de soins de santé ainsi que des établissements. Le président de la CECC a également signalé les initiatives de la CECC et des diocèses au cours de la dernière année pour « mettre l'accent sur les relations avec les Autochtones, et notamment sur les questions soulevées par la Commission de Vérité et Réconciliation (CVR) ». Il a rappelé la lettre qu'il a fait parvenir au très hon. Justin Trudeau le jour où il a prêté serment comme premier ministre. « J'ai souligné le besoin pour les Autochtones d'avoir un meilleur accès à l'éducation, l'épidémie de meurtres et de disparitions de femmes autochtones, le besoin d'avoir des milieux qui soutiennent les familles et les communautés autochtones, et l'importance d'améliorer les systèmes judiciaire et correctionnel canadiens pour qu'ils répondent aux réalités autochtones », a affirmé Mgr Crosby.

Commémoration du cinquième centenaire de la Réforme protestante
Plenary 2016-5La Commission épiscopale pour l'unité chrétienne, les relations religieuses avec les Juifs et le dialogue interreligieux a animé un atelier sur les préparatifs de la commémoration du cinquième centenaire de la Réforme protestante. Présidé par Mgr Claude Champagne, O.M.I., évêque d'Edmundston et président de la Commission, le panel avait pour membres Mgr Richard Gagnon, archevêque de Winnipeg, Mgr Brendan M. O'Brien, archevêque de Kingston (au nom de Mgr Gerard Bergie, évêque de St. Catharines, qui a été forcé de s'absenter), la rév. Susan Johnson, évêque nationale de l'Église Évangélique Luthérienne du Canada, le rév. Robert Bugbee, président de l'Église Luthérienne du Canada, et le rév. Stephen Kendall, secrétaire principal de l'Assemblée générale de l'Église presbytérienne du Canada. En mars 2015, le Conseil permanent de la CECC a approuvé la formation d'un groupe de travail mixte de l'Église Évangélique Luthérienne du Canada (EELC) et de la CECC pour qu'il prépare des ressources en vue de la commémoration du 500e anniversaire de la Réforme en 2017. Ce groupe de travail mixte est coprésidé par Mgr Richard Gagnon et la rév. Susan Johnson.

50e anniversaire de Développement et Paix – Caritas Canada
devp-logo-fr-50eEn 2017, l'Organisation catholique canadienne pour le développement et la paix (OCCDP) – Caritas Canada soulignera son 50e anniversaire. L'organisation a été fondée en 1967 par la Conférence des évêques catholiques du Canada en réponse à l'encyclique Populorum Progressio du pape Paul VI. Dans cette encyclique applaudie, le bienheureux Paul VI a affirmé que le développement intégral des peuples est le nouveau nom de la paix. L'OCCDP soutient des partenaires qui travaillent à améliorer les conditions de vie dans 70 pays d'Afrique, d'Amérique latine, d'Asie et du Moyen-Orient. Les célébrations du 50e anniversaire sont déjà en cours et se dérouleront dans chacun des diocèses et éparchies du Canada. Grâce à l'appui des catholiques Canadiens, Développement et Paix a investi plus de 600 millions de dollars dans 100 pays depuis sa fondation en 1967. Le jubilé de l'OCCDP sera un événement clé de l'Assemblée plénière de l'année prochaine. La CECC publiera plus tard cette année une lettre pastorale pour célébrer cet anniversaire.

La première journée de l'Assemblée plénière a également été marquée par l'allocution de Mgr Luigi Bonazzi, nonce apostolique au Canada, et la présentation du rapport annuel du Conseil autochtone catholique du Canada par Mgr Mark Hagemoen, évêque de Mackenzie-Fort Smith, et Mgr Daniel Jodoin, évêque de Bathurst, représentants épiscopaux actuels de la CECC au Conseil autochtone. Il y a également eu de brefs exposés sur la Journée mondiale de la jeunesse 2016, qui a eu lieu en Pologne en juillet dernier, de même que sur le Congrès eucharistique international, qui a eu lieu à Cebu, dans les Philippines, en janvier 2016.

Pour une sixième année, la chaîne canadienne de télévision catholique, Télévision Sel + Lumière, diffuse en direct plusieurs événements importants de l'Assemblée plénière, tant sur Internet qu'à la télévision.

Plenary 2016-2

Mise à jour le Mardi, 27 Septembre 2016  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
Cover Page Unity of Life and Love FR
OCCDP Automne 2017
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk4

Dans les paroisses au Canada les messes sont célébrées dans au moins 37 langues.