image25.jpg

Rapport de l'Organisme catholique pour la vie et la famille présenté à l'Assemblée plénière 2005 de la CECC et aux Chevaliers de Colomb

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

Ce rapport présente un résumé du travail accompli par l’Organisme catholique pour la vie et la famille (OCVF) — projets et publications — entre le 30 juin 2004 et le 30 juin 2005.

PUBLICATIONS  

« La paix du monde : une recette de famille! » 

Le message annuel de l’OCVF aux familles est désormais lancé au début de septembre, alors que s’amorce l’année pastorale dans les diocèses. Celui de 2005 a été conçu et imprimé au cours des derniers mois. Il s’inscrit dans le cadre de la Décennie internationale de la promotion d’une culture de la non-violence et de la paix au profit des enfants du monde, proclamée en 2001 par l’Organisation des Nations unies. Cette fois, les familles sont invitées à prendre conscience de leur rôle primordial dans la construction de la paix mondiale, don du Christ ressuscité. Tout en inculquant à leurs enfants les qualités humaines capables d’engendrer la paix,  les parents peuvent aussi les initier aux inventions de l’Amour de Dieu que sont les sacrements de l’Eucharistie et du Pardon. Dans le cadre de l’Année de l’Eucharistie, les familles redécouvriront ainsi l’aide sur-naturelle qui leur est offerte pour apprendre à aimer à la manière du Christ. Une invitation à la mobilisation en vue d’une mondialisation de la solidarité, nouveau nom de la paix. 

 « Faut-il redéfinir le mariage au Canada? » 

Dans le contexte du débat social sur la redéfinition du mariage, qui a profondément divisé les Canadiennes et Canadiens, l’OCVF a publié un document électronique en réponse aux principaux arguments mis de l’avant par le Projet de loi C-38 et par ses promoteurs.

 

Intitulé «Faut-il redéfinir le mariage au Canada?», ce texte a reçu un accueil très favorable de la part des médias catholiques et de plusieurs diocèses et associations laïques. Présenté sous forme de « flashs » très brefs, il offre des éléments de réponse fondés sur la loi naturelle et le sens commun. Il encourage également les citoyens à renseigner leurs familles et amis et à contacter leurs députés.

 

Un franc succès! 

La brochure « Le mariage, c’est notre affaire! », publiée au début de l’année 2004 et proposant une réflexion en 12 questions et réponses sur la possible redéfinition du mariage, a continué de connaître un succès inespéré aussi bien au Canada qu’à l’étranger. Près de 210 000 copies ont été distribuées, ce qui porte à 1 382 265 le nombre total de brochures et de dépliants commandés à l’OCVF par des diocèses, des paroisses, des associations, des commissions scolaires, des individus.

 

  PRISES DE PAROLE

 

Lettre aux membres du Parlement et du Sénat concernant le Projetde loi C-38 

Face au projet du gouvernement fédéral de redéfinir le mariage en faveur des partenaires de même sexe, le président de l’OCVF, Mgr Pierre Morissette a écrit aux membres du Parlement et du Sénat le 23 février 2005, réclamant le maintien de la définition naturelle et universelle du mariage.

 Il a fait valoir les points suivants : (1) la dignité et l’égalité des personnes ne dépendent en rien de leur race, de leur religion, de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou de leur état civil, mais se fondent sur le simple fait qu’elles sont humaines; (2) ni les États, ni les religions n’ont inventé le mariage, mais ils ont reconnu que cette institution naturelle composée d’un homme et d’une femme sert bien les besoins de la société en lui donnant de nouveaux citoyens et en les éduquant, ce qui lui assure un avenir; (3) la capacité naturelle de procréer est un des éléments constitutifs du mariage avec le bien des époux; (4) l’État doit répondre aux besoins de ses citoyens les plus vulnérables — les enfants — et défendre leur droit de connaître leurs parents biologiques et d’être élevés par eux; (5) le Parlement doit privilégier, protéger et promouvoir comme norme sociale le mariage entre un homme et une femme.   

Lettre au ministre du Développement social au sujet du Système national d’apprentissage et de garde des jeunes enfants 

Dans une lettre datée du 1er mars 2005, Mgr Morissette a reconnu l’importance du Système national d’apprentissage et de garde des jeunes enfants que met en place le ministre du Développement social, l’honorable Ken Dryden, mais lui a fait part des préoccupations de l’OCVF à ce sujet. Il lui a demandé de s’assurer que, grâce au soutien financier de l’État, tous les parents canadiens disposeront d’une réelle liberté de choix par rapport à la garde de leurs enfants, afin d’assurer à ceux qui le désirent la possibilité que l’un des parents demeure à la maison avec les enfants. Le président de l’OCVF a insisté sur la nécessité de revaloriser l’œuvre d’éducation et la profession parentale.  

Hommage de l’OCVF à Jean-Paul II, «  prophète de la vie et de la famille »

 

À l’occasion du décès du pape Jean-Paul II, l’OCVF a tenu à lui rendre hommage en tant que « prophète de la vie et de la famille ». Dans une déclaration rendue publique le 2 avril 2005, l’organisme a reconnu en lui un père spirituel qui n’a ménagé aucun effort pour dire aux hommes et aux femmes de ce début de troisième millénaire l’amour inimaginable de Dieu pour chacun et chacune d’entre eux.  L’OCVF a souhaité que les baptisés découvrent la vision anthropologique promue par Jean-Paul II et fondée sur l’ordre naturel inscrit dans la Création, sa « théologie du corps », et qu’ils redécouvrent la joie d’être parents, ainsi que le sens de la vie et de la mort qu’a proclamé le Saint-Père jusqu’au bout de son pèlerinage terrestre.

Message à l’occasion de la Marche nationale pour la vie

 L’OCVF a profité de la 8e Marche nationale pour la vie, le 3 mai 2005, pour publier un message inspiré du thème de cet événement. Intitulé « Libre-choix ou choix libre? », le message de cette année a mis l’accent sur le drame des femmes dont la vie a été marquée par l’impact destructeur de l’avortement et qui sont victimes du syndrome post-abortif. L’OCVF a estimé que les coûts personnels et sociaux de l’avortement devraient nous convaincre du droit des femmes 1) de connaître les conséquences possibles de l’avortement sur leur santé; 2) d’être mises au courant du développement fœtal avant leur avortement; 3) de se voir offrir d’autres alternatives. Il s’agit d’une question de justice à leur égard, sans parler de l’enfant à naître et de son droit de naître. C’est aussi une question de politique sociale, puisque le Canada est confronté à un déficit démographique croissant. Le message suggérait qu’il est temps pour les citoyens canadiens de dépasser les tabous et d’oser un nouveau débat de société sur l’avortement. 

Déclaration au lendemain de l’adoption du Projet de loi C-38 

Le 30 juin 2005, deux jours après l’adoption par la Chambre des Communes du Projet de loi C-38 redéfinissant le mariage, l’OCVF a manifesté sa déception et son inquiétude, réclamant du Sénat un second regard sur ce projet de distorsion du mariage. L’accent a été mis sur le bien commun, sur les besoins des enfants et sur la liberté de conscience, de religion et d’expression, tous menacés par ce projet de loi.

 

 COLLABORATION AVEC LA CONFÉRENCE DES ÉVÊQUES CATHOLIQUES DU CANADA   

Renvoi sur le mariage entre partenaires de même sexe devant la Cour suprême du Canada

La Cour suprême du Canada a entendu les différents intervenants dans le Renvoi sur le mariage entre partenaires de même sexe les 7 et 8 octobre 2004, et a rendu son opinion le 9 décembre. L’OCVF a commenté l’ébauche de mémoire (factum) de la CECC et collaboré à la déclaration de la CECC dans la foulée de la décision de la Cour suprême.  

Commentaires de la CECC à la suite de l’adoption du Projet de loi C-38 

L’OCVF a commenté l’ébauche des Commentaires du Président de la Conférence des évêques catholiques du Canada au sujet de l’adoption du Projet de loi C-38 par la Chambre des Communes, le 28 juin 2005.  

Comité législatif spécial chargé du Projet de loi C-38

 À la demande de la CECC, le personnel de l’OCVF a élaboré le mémoire présenté au Comité législatif spécial chargé du Projet de loi C-38, le 19 mai 2005, et recommandé Me Hélène Aubé, une avocate de Gatineau et mère de famille, pour accompagner Mgr Marcel Gervais lors de l’audience. 

Comité sénatorial des affaires juridiques et constitutionnelles

 En vue de l’audience accordée à la CECC par le Comité sénatorial des affaires juridiques et constitutionnelles qui a étudié le Projet de loi C-38, le 13 juillet 2005, l’OCVF a aussi collaboré à la rédaction du mémoire de la CECC. Cette fois,     Me Hélène Aubé a accompagné le Cardinal Marc Ouellet, qui représentait la Conférence.  Rencontre des évêques de l’Église en Amérique Le personnel de l’OCVF a soumis quelques éléments de réflexion au Secrétaire général de la CECC en vue de la Rencontre des évêques de l’Église en Amérique, qui a porté sur « La sécularisation de la société, l’évangélisation et les médias ». 

 

AUTRES ACTIVITÉS

  
  1. Dans le cadre du débat entourant le Projet de loi C-38, l’OCVF a été invité à travailler au sein du groupe national mis en place pour assurer la circulation d’informations sur les actions menées au pays contre le projet gouvernemental.
  2. Une importante Marche pour le mariage et la liberté, organisée par Defend Marriage Coalition, a eu lieu à Ottawa le 9 avril 2005. Plusieurs membres du Conseil d’administration de l’OCVF y ont participé.
  3. De nombreuses occasions ont été offertes aux membres du Conseil d’administration et du personnel de l’OCVF d’accorder des entrevues (journaux, radio, télévision), de donner des conférences sur des questions liées à la vie et à la famille, et de participer à des colloques et conférences.
  4. L’OCVF a régulièrement fait parvenir par la poste ou par courrier électronique des documents sur la vie et la famille aux 60 répondantes et répondants diocésains, à l’exécutif national de la Catholic Women’s League, aux députés d’État des Chevaliers de Colomb, aux membres de la Table provinciale de pastorale familiale et aux autres groupes et personnes inscrits dans sa base de données.

NOUVELLES VARIÉES  

 

  1. Les membres du Conseil d’administration ont apporté un changement aux statuts et règlements de l’OCVF : désormais, les membres du C.A. pourront assumer trois mandats de deux ans plutôt que seulement deux mandats. 
  2. Trois membres du Conseil d’administration ont achevé leur mandat à l’occasion de la réunion du 18 juin 2005. C’est à regret que nous voyons partir Mgr Pierre Morissette et Mme Marlene Smadu après quatre années de dévouement en faveur de la vie et de la famille. Quant à l’abbé Noël Simard, il a accepté un troisième mandat de deux ans au grand plaisir des autres membres.
  3. Après mûre réflexion, Mme Jennifer Leddy a décidé de ne pas accepter l’offre qui lui était faite par Mgr Morissette de travailler à temps plein comme codirectrice de l’OCVF. Elle a donc quitté le 31 janvier 2005 après de nombreuses années de travail exceptionnel et de dévouement au service de la vie et de la famille. 
  4. Par la suite, le Conseil d’administration a décidé d’apporter des changements à la structure organisationnelle de l’OCVF : une seule personne assume maintenant la tâche de direction (Mme Michèle Boulva), assistée d’une directrice adjointe (Mme Lea Sevcik). Maria Reilander, une étudiante canadienne qui poursuit une maîtrise à l’Institut pontifical Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille, à Washington, a été embauchée pour un stage estival à l’OCVF. 
  5. Les changements majeurs survenus à l’OCVF, à la suite du départ de Mme Jennifer Leddy, ont provoqué le report du Séminaire annuel en biotechnologie au printemps 2006; il portera sur « L’euthanasie et le suicide assisté », un thème qui tombe à point puisque la députée bloquiste Francine Lalonde a déposé un projet de loi  (C-407) à cet effet à la Chambre des Communes, le 15 juin 2005. Le ministre de la Justice du Canada, l’honorable Irwin Cotler, veut d’ailleurs rouvrir ce débat.

Ce rapport vous est respectueusement soumis par les membres du Conseil d’administration et du personnel de l’OCVF :

 

Conseil d’administration

 ·        M. Mickey Casavant, St-Albert, AB — travailleur social retraité, Député d’État des Chevaliers de Colomb d’Alberta

·        Mgr Ronald P. Fabbro, C.S.B.,  évêque de London, ON

·        Mme Andrée Leboeuf, St-Augustin-de-Desmaures, QC — infirmière bachelière

·        Mme Sharron McKeever, Oshawa, ON — conseillère retraitée à la vie religieuse et familiale

·        Mgr Pierre Morissette, évêque de Baie-Comeau, QC

·        M. Dennis Savoie, New Haven, Connecticut — trésorier suprême adjoint et président de l’Association canadienne des Chevaliers de Colomb

·        M. l’abbé Noël Simard (D. Th.), Ottawa, ON — théologien, specialisé en théologie morale et en bioéthique

·        Mme Marlene Smadu (Ph. D.), Régina, SK — infirmière diplômée et andragogue 

Personnel
 ·        Mme Michèle Boulva (directrice), Mme Lea Sevcik (directrice adjointe) et Mme Jocelyne Pagé (secrétaire) 



- 30 -


Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048
Mise à jour le Jeudi, 03 Août 2006  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
Cover Page Unity of Life and Love FR
OCCDP Automne 2017
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk3

Le diocèse le plus ancien au Canada est l’archidiocèse de Québec, établi en 1674. Monseigneur François de  Laval fut le premier évêque.