image45.jpg

Organisation catholique canadienne pour le Développement et la Paix : Rapport à l’Assemblée plénière annuelle de la Conférence des évêques catholiques du Canada

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon
Développement et Paix est l’organisme catholique officiel de développement. Il a été fondé en 1967 par la Conférence des évêques catholiques du Canada. Actuellement, l’organisme compte plus de huit mille membres actifs et opère avec un budget annuel d’un peu moins de 27 millions de dollars. De ce montant, 68,9 % est dédié au programme de développement international, 13% à l’éducation au Canada, 2,7 % aux communications et à la recherche, et enfin 15,4 % à l’administration et à la gouvernance. Nos principales sources de financement des programmes proviennent de la campagne du Carême de partage (10 millions de dollars) et de l’ACDI (7,5 millions de dollars). D’autres sources de revenus comprennent les appels d’urgence, les personnes donatrices individuelles et les accords bilatéraux avec l’ACDI.

 

Les priorités

 

1.                  Le directeur général, Robert Letendre, a démissionné au printemps dernier. Depuis, un comité de sélection est activement à la recherche d’un nouveau directeur général. P. Richard Renshaw, C.S.C., le directeur général adjoint, assure l’intérim.

2.                  Une période d’activité importante au sein de l’organisme a consisté à élaborer un plan d’action pour le membership et le développement du leadership au Canada. Le conseil national a alloué un budget de 1,7 million de dollars pour élargir le membership et mieux former les membres selon la vision de Développement et Paix. Ces ressources sont allouées sur une période de 3 ans débutant cet automne. Ce projet prévoit un manuel de formation pour les membres comprenant des modèles d’ateliers de travail, des sessions de formation pour les leaders, des événements spéciaux pour les jeunes et l’embauche de quelques personnes pour pallier le niveau d’activité accru au cours de cette période.

3.                  En juin 2005, Développement et Paix tiendra une assemblée d’orientation constituée de personnes déléguées désignées par ses membres et ses partenaires. Cette assemblée aura lieu à NAV Canada et offrira la possibilité aux personnes déléguées de participer avec l’organisme à l’identification de l’axe majeur et de l’orientation de notre travail au cours des prochains cinq ans (2006 – 2011). On s’attend à y accueillir près de 150 personnes.

4.                  Au cours des 15 dernières années, les Sœurs de la charité de Montréal nous ont généreusement accordé un espace pour l’établissement du siège social de Développement et Paix et ce, pour un coût de location extrêmement avantageux. Elles ont toutefois vendu l’édifice au Foyer Rousselot, lequel opère dans le cadre d’un programme du Gouvernement du Québec. Pour l’instant, il semble que nous soyons encore invités à demeurer dans nos locaux. Néanmoins, ayant prévu la vente, Développement et Paix avait déjà entrepris des recherches actives dans le but de trouver un emplacement à Montréal qui nous permettrait d’aménager dans de nouveaux locaux au cours de l’été 2005.

5.                  Traditionnellement, Développement et Paix a priorisé le travail de développement en Amérique latine. Après tout, nous faisons partie de cet hémisphère largement catholique et il existe une tendance naturelle à porter attention à nos plus proches voisins du Sud. L’encyclique du Pape Jean-Paul II, Ecclesia in America, a aussi amené Développement et Paix a porté une attention toute spéciale aux besoins de nos frères et sœurs à proximité sud.

Toutefois, il s’avère qu’aujourd’hui,  le continent le plus pauvre de la planète est l’Afrique. Il est de plus en plus évident qu’un effort énorme doit être entrepris pour s’assurer que l’Afrique ne soit pas totalement laissé de côté dans les efforts de développement global. En collaboration avec le réseau catholique de développement européen (la Coopération internationale pour le développement et la solidarité -- CIDSE), Développement et Paix a augmenté les budgets alloués aux projets dans divers pays d’Afrique.

Cet engagement à éliminer la pauvreté en Afrique est aussi motivé par l’importante crise du SIDA qui y sévit et par ses répercussions sur le développement économique et social. Le plus grand nombre de personnes atteintes du SIDA sont des femmes et des enfants. La politique du SIDA et du développement, qui vous a été présentée à votre dernière Assemblée plénière, nous aide à définir l’approche que Développement et Paix emprunte dans son travail en Afrique.

L’eau est un problème grave en Afrique et la campagne actuelle prônant l’eau comme étant un droit humain fondamental, représente un enjeu important pour le développement du continent africain. Développement et Paix développe de plus en plus de liens avec des organisations partout en Afrique (et ailleurs), lesquelles travaillent à s’assurer que leur peuple ait accès à une eau potable claire, sécuritaire et abordable.

6.                  Dans ce cadre et à d’autres niveaux, nos liens avec les réseaux catholiques constituent une large part de notre travail. Lors du récent séminaire organisé par le Conseil pontifical « Justice et Paix», Jean-Marie Fardeau, président de la CIDSE, a dit :

«… nous avons acquis la conviction que nous devions, ensemble, intervenir avec nos partenaires africains sur les causes structurelles des situations de pauvreté sur le continent. Nous savons que ces causes sont complexes et multiples, internes et externes aux pays….Cet engagement pour un commerce plus juste, pour une annulation de la dette des pays dits «pauvres», pour un financement du développement en faveur des plus pauvres, nous le fondons sur les principes de l’enseignement social de l’Église …Nous proclamons que derrière ces sujets de nature économique, se posent en fait des questions morales et spirituelles qui interpellent l’Humanité : celle de la destination universelle des biens, celle de l’option préférentielle pour les pauvres….»

7.                  Développement et Paix est fondamentalement engagé à appuyer le rôle de la société civile dans son dialogue avec les gouvernements pour atteindre les objectifs de développement. De fait, on poursuit l’appel de Jean-Paul II dans Sollicitudo Rei Socialis (39) : «…L'interdépendance doit se transformer en solidarité, fondée sur le principe que les biens de la création sont destinés à tous …».

8.                  Chaque année, Développement et Paix réserve aux secours d’urgence 10% des fonds reçus dans le cadre de la campagne du Carême de partage. Les appels d’urgence ont représenté cette année un revenu de deux millions de dollars. On doit noter que dans le cadre des secours d’urgence, tous les fonds sont dirigés au Sud sauf 8% des fonds alloués aux dépenses encourues par la collecte des fonds et pour défrayer le salaire d’une personne coordonnatrice pour explorer, diriger et faire le suivi des projets choisis. Puisque Développement et Paix coordonne ses activités avec des bureaux nationaux de Caritas dans 200 pays et aussi avec 250 organisations partenaires travaillant dans 40 pays, l’organisme est en mesure d’assurer une gestion solide des fonds accordés, et ce conformément aux exigences des lois canadiennes.

Développement et Paix a envoyé près de 250 000 $ en Haïti pour répondre aux besoins urgents connus en 2004. Une grande partie de ce montant a été acheminé par l’entremise de Caritas Haïti pendant que de plus petites sommes ont été transmises à diverses congrégations religieuses de soeurs travaillant avec les pauvres. Ces fonds de secours ont servi à défrayer les coûts de fournitures médicales, nourriture, outils agricoles de base et semences. Un plan de reconstruction détaillé a été préparé pour l’allocation des 600 000 $ restants reçus pour HaÏti.

En Iraq, Développement et Paix continue de coordonner ses programmes avec Caritas Iraq et les Mennonites, le tout dans des circonstances difficiles. Malgré quelques revers, comme l’explosion d’une bombe près de notre programme «Well-baby» (programme visant la promotion de la santé infantile) à Bagdad qui a causé des blessures sévères au directeur, le programme fonctionne.

Dans le cadre d’une récente visite de notre directeur des programmes, Gilio Brunelli, en Afghanistan, nous pouvons dire que même si nous avons rencontré des difficultés à cause du climat de violence, Développement et Paix est toujours présent et les programmes sont fonctionnels.

De plus, Développement et Paix a répondu à des douzaines d’autres situations d’urgence dans des pays comme l’Éthiopie, le Congo, le Liberia, le Mali, le Soudan, les Philippines, le Bangladesh et l’Argentine pour ne mentionner que ceux-ci.

Les défis

Pour l’instant, Développement et Paix se trouve dans une position relativement solide. L’organisme élargit sa base au Canada, est extrêmement respecté au niveau international, les relations de travail avec le personnel sont excellentes (ayant tout juste ratifié une nouvelle convention collective en vigueur pour les prochains trois ans). De plus, l’organisme a bénéficié d’une situation financière stable au cours des dernières années.

Néanmoins, il est aussi vrai que l’organisme atteint un point tournant. La campagne du Carême de partage semble avoir atteint un plateau et l’ACDI fait transparaître des coupures dans l’avenir. L’élargissement de la base ne se traduira pas nécessairement en une augmentation des revenus. Si Développement et Paix ne continue pas d’appuyer son membership, les revenus peuvent chuter. Toutefois, notre priorité demeure nos partenaires au Sud. Les contributions de Développement et Paix sont relativement petites et se font en collaboration avec d’autres agences catholiques internationales. Si les revenus du Carême de partage diminuent, nous devrons rompre des liens avec des partenaires du Sud, offrant moins d’appui à ceux qui en ont le plus besoin. Au même moment, on connaît une augmentation sensible des demandes de secours d’urgence.

Qu’est-ce que Développement et Paix demande ?

Dans le but de porter le mandat qui lui a été confié, Développement et Paix doit bénéficier de votre appui public pour rejoindre les croyants et le clergé de vos diocèses. Nous avons aussi besoin de votre appui pour tenter d’influencer les décideurs du gouvernement qui semble depuis quelques temps moins enclins à nous ouvrir leurs portes.

Qu’est-ce que Développement et Paix offre ?

1.                  Développement et Paix offre aux catholiques une formation continue portant sur comment vivre la dimension sociale de la Bible. Selon un sondage Ipsos-Reid effectué à la demande de Développement et Paix, 36% de tous les Canadiens reconnaissent le nom de Développement et Paix et sont favorables à l’organisme et aux valeurs qu’il véhicule. Ce chiffre atteint 43% chez les catholiques. Développement et Paix bénéficie d’une base solide de membres engagés. Les valeurs de l’organisme sont biens accueillies par les Canadiens partout dans le pays.

 

2.                  De plus, en tout temps, Développement et Paix vous offre une expertise lorsque vous devez connaître une situation prévalant dans n’importe quel pays où il travaille. L’équipe des personnes chargées des programmes est reconnue mondialement comme experte dans le domaine du développement.

 

3.                  Enfin, Développement et Paix offre sa collaboration active et continue avec les réseaux catholiques internationaux comme CIDSE et Caritas Internationalis. Dans ce cadre, l’organisme est partie intégrante de la plus importante coordination de solidarité internationale à l’extérieur des Nations unies ; il est la main de l’Église tendue vers l’humanité entière.

 



- 30 -



Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048
Mise à jour le Mardi, 08 Août 2006  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
Cover Page Unity of Life and Love FR
OCCDP Automne 2017
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk2

Selon Statistiques Canada le nombre de catholiques atteint presque 13 millions ou 44 pour cent de la population totale du pays.

Selon Statistiques Canada le nombre de catholiques atteint presque 13 millions ou 44 pour cent de la population totale du pays.