image10.jpg

Lettre pastorale des évêques canadiens à l'occasion du 30ième anniversaire de Développement et Paix

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

Un anniversaire à célébrer

L'anniversaire de la création, il y a trente ans, de l'Organisation catholique canadienne pour le Développement et la Paix est, pour les évêques catholiques du Canada, une occasion qu'ils célèbrent avec joie. Occasion d'abord de rendre grâces à Dieu pour le bien que cet organisme a accompli en tant de pays. Occasion de remercier tous ceux, clercs, religieux, religieuses et laïques, qui ont travaillé avec ardeur et compétence à l'établissement de la justice et de la paix dans le monde. Occasion enfin de souligner l'importance de Développement et Paix et sa permanente actualité.

Les fondements évangéliques de la défense et de la promotion de la dignité humaine

Ce n'est pas dans les marges de l'Évangile, mais au centre même de l'enseignement de Jésus que le souci de la dignité et du progrès de la personne humaine, comme aussi le souci de la solidarité et de l'entraide entre les peuples, trouvent leur assise dernière. Ce fondement ultime, Jésus le montre dans l'amour des autres, frères et soeurs en humanité, fils et filles de Dieu, membres du même Corps, celui du Christ.

À peine Jésus avait-il rappelé le grand et premier commandement: «Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout coeur...», qu'il ajoutait «Un second est aussi important : Tu aimeras le prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépendent toute la Loi et les prophètes» (Mt 22, 34-40).

Nous savons quel caractère réaliste et concret Jésus donne à cet amour : «J'ai eu faim et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif et vous m'avez donné à boire; j'étais un étranger et vous m'avez recueilli; nu, et vous m'avez vêtu; malade et vous m'avez visité; en prison, et vous êtes venus à moi» (Mt 25, 35-36). À ses interlocuteurs qui s'enquièrent de l'identité des personnages en cause, Jésus répond : «Chaque fois que vous avez fait cela à l'un de ces plus petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait» (Mt 25, 40). Jésus fait de ce comportement le critère souverain du jugement que le Fils de l'homme portera sur nos vies.

L'enseignement présent de l'Église

Dieu a inspiré à son Église, tout au long du siècle qui s'achève, de rappeler au monde avec force et insistance, à temps et à contre-temps, le sens et les implications de ces paroles de Jésus pour la vie des nations comme pour celles des individus. Depuis Léon XIII, tous les Souverains Pontifes de notre temps, le second Concile du Vatican et les divers Synodes des évêques ont élaboré une doctrine sociale dont nous pouvons dire, avec la modestie qui convient, que c'est un grand cadeau des chrétiens au monde moderne.

Cette doctrine sociale, comme l'Évangile, met naturellement l'amour ou la charité au point de départ et au sommet de la vie individuelle et collective. Elle souligne combien la justice est une exigence incontournable de l'amour. Elle rappelle combien la justice et l'amour doivent s'incarner dans les institutions et les structures de la vie en commun. La doctrine sociale de l'Église insiste sur la nécessité de la solidarité, de l'échange et de l'entraide pour les peuples; elle souligne aussi que la disparité dans les conditions économiques et sociales des nations peut mettre en péril la paix du monde. Voilà une partie de l'héritage qu'offrent au millénaire qui s'amène les grands textes de Jean-Paul II sur le souci de la réalité sociale et sur les conditions d'un travail vraiment humain, et de Paul VI sur le progrès des peuples, de même que la Constitution pastorale de Vatican II sur l'Église dans le monde de ce temps.

La création et l'histoire de Développement et Paix au Canada

Dès la fin du Concile Vatican II, les évêques catholiques du Canada s'inscrivaient dans ce contexte, créant une organisation vouée à la coopération internationale et plus particulièrement au développement socio-économique des nations pauvres. En 1967, les évêques écrivaient: «les Canadiens et les Canadiennes ne supporteront pas plus longtemps le scandale de la misère universelle, qui contraste si violemment avec le haut niveau de vie dont ils jouissent». À l'occasion du 20ème anniversaire de l'organisme, en 1987, ils disaient à propos de la lutte des pauvres pour une vie décente : «Nous devons en faire le coeur de notre mission pour la promotion d'un ordre temporel conforme au plan divin de justice et de paix».

Fidèle à cet idéal, Développement et Paix a, depuis trente ans, sensibilisé la population du Canada aux besoins des nations pauvres et a suscité ainsi un impact positif sur le choix de notre propre style de vie. L'organisme a recueilli des fonds considérables - quelque 300 millions de dollars - auprès d'une population qu'il faut féliciter de sa générosité. Il a aussi soutenu plus de dix mille projets de secours et de développement en soixante-dix pays d'Amérique, d'Afrique et d'Asie. Ces projets ont, entre autres, pour objets : le droit au logement et à l'éducation, les conditions d'exercice et de rémunération du travail, la promotion de la condition féminine, l'essor de mouvements coopératifs. À l'occasion de ce 30e anniversaire, nous remercions tous ceux et celles qui ont uni leurs efforts et leurs prières aux nôtres afin que Développement et Paix remplisse son exigeant mandat.

Les tâches d'aujourd'hui

L'urgence et l'ampleur des tâches qui attendent l'Organisation catholique canadienne pour le Développement et la Paix ne sont pas moindres aujourd'hui qu'il y a trente ans. Économistes et démographes observent un accroissement dramatique de la pauvreté dans le monde, qui s'explique en partie par l'approche que la société a adoptée en matière d'économie. Tandis que, par souci d'assainir son budget, le gouvernement canadien se voit dans l'obligation de réduire son aide aux pays pauvres, Développement et Paix doit redoubler d'efforts pour remplir sa mission.

Si nous sommes à l'écoute du message de justice et d'amour de l'Évangile, il ne nous est toutefois pas possible, comme catholiques, de rester insensibles devant la misère qui accable les personnes marginalisées, opprimées et exploitées de ce monde. Développement et Paix nous offre une manière unique d'exprimer une dimension essentielle de notre engagement à la suite du Christ. L'organisme constitue une véritable expression de notre foi.

Les années de préparation au Grand Jubilé de l'An 2000 invitent tous les membres de l'Église catholique au Canada à faire un effort spécial en faveur de Développement et Paix. Le jubilé, dans la tradition biblique, est une ère de redistribution plus équitable des biens, une ère d'échange et d'entraide. Quoique notre pays ne fasse pas exception et quoique nous soyons nous-mêmes touchés par des conditions économiques difficiles, il est de notre devoir d'aider ceux et celles qui sont confrontés à des situations de vie beaucoup plus dramatiques que les nôtres. En effet, l'appel au partage selon l'Évangile invite à donner non seulement «de son superflu», mais aussi «de son indigence» (cf Mc 12, 41-44).

Développement et Paix nous donne les mains et les moyens pour étendre notre action jusqu'aux confins de la terre. Grâce à l'appui de chacun et chacune d'entre nous, cet organisme de l'Église catholique au Canada pourra poursuivre la tâche qu'il a entreprise en 1967 et l'étendre au-delà du nouveau millénaire, témoignant ainsi de la compassion, de la solidarité et de la fraternité de notre Église.

Bureau de direction
Conférence des évêques de Canada

+ Francis J. Spence
Archevêque de Kingston
Président

+ Jean-Claude Turcotte
Archevêque de Montréal
Vice-président

+ Gerald Wiesner, o.m.i.
Évêque de Prince George
Co-trésorier

+ Henri Goudreault, o.m.i.
Archevêque de Grouard-McLennan
Co-trésorier

 
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
gendron noel 2017

PrayerWeek_FR
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk5

Les couleurs du site web représentent les symboles héraldiques officiels des évêques. La couleur verte correspond au "chapeau de sinople" (chapeau ecclésiastique) et aux six glands (de chaque côté) qui forment les tenants et le cimier des armoiries de chaque évêque tandis que l'or représente la croix processionnelle. Plus d'info...