image17.jpg

Le Congrès sur les vocations fait naître l’espérance en l’avenir

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

(Montréal – 22 avril 2002)… Plus de 1100 personnes du Canada et des États-Unis ont vu la flamme de leur espérance rallumée et leur passion ravivée à la suite du IIIe Congrès continental sur les vocations qui s’est tenu à Montréal, du 18 au 21 avril.

Des personnes activement impliquées dans la promotion des vocations et de la pastorale jeunesse : de jeunes adultes, des éducateurs, des familles, des évêques, des prêtres, des diacres, des religieux et religieuses ont réfléchi et débattu la question des vocations dans l’Église catholique.

Selon l’une des conférencières invitées, Sœur Marie Chin, des Sisters of Mercy of the Americas, l’Église a tout lieu d’espérer. « Dieu donnera le courage aux jeunes à devenir feu, à embrasser la passion de Jésus Christ pour un monde transformé ». Elle a insisté pour dire aux participantes et participants qu’ils « devaient tendre différemment l’oreille de manière à percevoir les besoins des gens et de voir que les personnes sont en lien plus que jamais dans l’histoire de l’humanité. Les vocations augmenteront là où notre joie la plus profonde rencontrera les besoins de notre monde ».

Abordant la question de la mission et de l’avenir de l’Église, Gilles Routhier, prêtre du diocèse de Québec et professeur à l’Université Laval, a insisté sur le fait que l’Église doit faire preuve d’une grande créativité pour susciter des vocations. Elle doit promouvoir des projets mobilisateurs et missionnaires répondant aux besoins de notre temps. Elle ne doit pas simplement attendre que des candidats et candidates frappent à la porte des grands séminaires ou des communautés religieuses. Elle doit multiplier les appels auprès des jeunes et ne pas cesser de les interpeller même s’ils ne semblent répondre favorablement à l’invitation, tout comme les prophètes Jérémie et Isaïe qui ont mis du temps à répondre à l’appel de Dieu. « L’heure présente nous invite à prendre des risques et à avancer au large au risque de rencontrer un peu de vagues et d’être secoués par les vents. »

Le P. Donald Senior, Passionniste et professeur d’Écriture sainte, a lancé un défi à ceux et celles qui promeuvent les vocations à « être signes d’espérance pour une Église qui vit des moments difficiles. Dans la situation actuelle, il faut tirer de Pâques la leçon que, paradoxalement, de la mort naît la vie : un renouveau de la prêtrise, de nouvelles formes de vie consacrée, de nouvelles possibilités de collaboration, du respect mutuel entre laïques et ministres ordonnés, et une plus grande transparence à tous les niveaux de l’Église.

Les deux autres conférences majeures ont permis de tracer un portrait sociologique des jeunes catholiques et d’aborder les vocations sous l’angle de la culture.

Les jeunes prennent la parole

Inspirés par le message et l’esprit du Congrès, quelque 130 jeunes délégués se sont spontanément réunis pour réfléchir au sens de leur vocation et pour faire connaître leurs espoirs. « Nous voulons vivre une relation d’alliance avec notre Église, » ont-il affirmé dans une lettre présentée à tous les congressistes.

« Tout ce que nous demandons à l’Église, nous allons lui offrir en retour. Nous demandons des prières et, en retour, nous allons prier pour l’Église. Nous désirons la sagesse et la connaissance et nous allons employer ces dons pour enrichir notre Église. Nous allons rester fidèles au Christ et à l’Église en vivant pleinement notre vocation, en promouvant une culture de vie et de joie, en menant des vies pleines d’espérance et d’amour. Nous travaillons pour devenir les saints et les saintes d’aujourd’hui et pour susciter les saints et les saintes de la génération future. »

Ils ont demandé à ceux et celles qui se consacrent à la vie religieuse d’offrir « un témoignage joyeux et authentique afin que nous puissions reconnaître la passion de votre service. Invitez-nous à partager votre enthousiasme et amour profond du Christ et de l’Église. Ensemble soyons un feu allumé par Jésus Christ . »

Prochaine étape

Les recommandations issues du Congrès donneront forme à un plan pastoral pour les vocations en Amérique du Nord. Au plan national, régional et local, nul doute que les délégués au Congrès constitueront des catalyseurs pour sa mise en place.

Déjà, la question des vocations a été soulevée dans toutes les régions du Canada et des États-Unis puisque 220 mini-congrès, antécédents à la rencontre de Montréal, ont réuni plus de 10 000 personnes.

Rappelons que ce Congrès a été tenu à l’invitation du pape Jean-Paul II et fait suite à des congrès du genre qui ont eu lieu en Amérique latine, en 1994, et en Europe, en 1997. La clôture du troisième congrès, dimanche, a coïncidé avec la 39e Journée mondiale de prière pour les vocations.

Pour de plus amples informations sur le Congrès sur les vocations, incluant les grandes conférences, veuillez consulter le site www.vocations2002.org


- 30 -


Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048

Mise à jour le Vendredi, 06 Octobre 2006  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
gendron noel 2017

PrayerWeek_FR
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk4

Dans les paroisses au Canada les messes sont célébrées dans au moins 37 langues.