image47.jpg

La justice sociale : thème du Forum national de la CECC avec les associations

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

(CECC – Ottawa)… Trois ingrédients sont essentiels afin d’accomplir la mission de l’Église en matière de justice sociale : un sens de la spiritualité, une approche créative face à des grands défis et une meilleure compréhension des gens qui ont besoin d’aide.

C’est ce qu’a pu entendre près d’une quarantaine de représentants de 20 associations catholiques réunie à l’occasion du Forum annuel de la Commission des relations avec les associations du clergé, de la vie consacrée et du laïcat de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), les 23 et 24 avril dernier, à Ottawa.

En lever de rideau, le père dominicain Michel Côté, qui a exercé pendant plusieurs années son ministère presbytéral comme prêtre-travailleur dans la région d’Ottawa, a déclaré que l’engagement pour la justice sociale doit émerger d’une compréhension de Dieu qui intègre le spirituel et le physique, l’aspect émotionnel et le monde socio-politique. Ne pas agir de la sorte crée un déséquilibre menant à des excès tels l’idolâtrie, le militarisme, le sexisme, le racisme et le matérialisme qui viennent à l’encontre de l’amour de Dieu.

« La justice sociale n’est pas une idéologie, a dit le P. Côté. « C’est une spiritualité de l’engagement qui nous permet d’agir d’une manière juste, d’aimer tendrement et de marcher humblement en présence de Dieu. Chacun d’entre nous a été créé à l’image et la ressemblance de Dieu, peu importe où il se trouve dans le monde. Ainsi chaque personne mérite d’être traitée avec dignité. »

Dressant un tableau de la situation au Canada en fait de justice sociale, Joe Gunn, directeur du Bureau des affaires sociales de la CECC, affirme que le catholique d’aujourd’hui est placé devant un important défi. « Comme catholique, je dois décider de bien des façons, chaque jour, que je ne suis pas à vendre, que mes valeurs ne sont pas à vendre non plus, et aussi comment et quand je dois dire NON aux valeurs du marché afin de m’efforcer d’accepter les valeurs chrétiennes, a-t-il indiqué. « Les chrétiens doivent être des acteurs et non des spectateurs. »

Robert Letendre, ancien directeur général de Développement et Paix – un organisme canadien de solidarité internationale qui a le double mandat d’aider les populations des pays du Tiers-monde et de sensibiliser les citoyens canadiens à des problèmes de justice sociale dans le monde – a expliqué que « nous devons non seulement avoir une parole prophétique, mais nous assurer qu'elle ait un impact. Jonas marchant dans Ninive aujourd'hui, c'est un Jonas apprenant des sciences sociales, maîtrisant le monde de la communication et comprenant les mécanismes du changement politique de manière à changer le monde. Il n'y a rien d'anti-chrétien à être efficace et à réussir nos projets de transformation sociale. »

Sur un ton plus personnel, M. Letendre a exprimé qu’on n’y arrivera pas sans l’amour. « Notre action n'a aucun sens sans la Caritas qui n'est pas seulement une vertu mais la base même de notre foi dans un Dieu trinitaire qui déborde d'amour pour sa création. Sans cette présence de l'amour, le travail de justice n'a plus aucun sens. Il n'a plus aucune direction. Si vous me demandez de résumer les défis que nous avons à relever, je dirais que c'est celui de mettre la charité au cœur de notre action. Le prophète de demain sera tout sauf un juge. Il sera plutôt un être débordant d'amour toujours prêt, dans un univers complexe, à suggérer de nouvelles approches pour que tous puissent profiter des biens de cette terre. »

Pour sa part, Mgr André Richard, C.S.C., archevêque de Moncton et président de la Commission des relations avec les associations, a clairement exprimé que « la justice sociale n’est pas une option pour les chrétiens. C’est une activité essentielle de la vie de l’Église qui nous est demandée de par notre baptême. »

Cette rencontre annuelle qui permet aux associations et à la Commission épiscopale d’échanger de l’information sur des préoccupations communes et sur les activités de chacune des organisations, a réuni les associations suivantes : L’Arche Canada, l’Association canadienne des commissaires d’écoles catholiques, l’Association catholique canadienne de la santé, l’Association des scouts du Canada, le Canadian Catholic Campus Ministry, la Catholic Women’s League du Canada, la Conférence canadienne des instituts séculiers, la Conférence religieuse canadienne, Développement et Paix, Foi et Lumière, la Pastorale universitaire catholique du Canada/Association canadienne d’étudiants et d’étudiantes catholiques, la Fédération nationale des conseils presbytéraux, l’Organisme catholique pour la vie et la famille, l’Ukrainian Catholic Council et La vie montante.


- 30 -


Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048

Mise à jour le Lundi, 08 Mai 2006  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
Cover Page Unity of Life and Love FR
OCCDP Automne 2017
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk2

Selon Statistiques Canada le nombre de catholiques atteint presque 13 millions ou 44 pour cent de la population totale du pays.

Selon Statistiques Canada le nombre de catholiques atteint presque 13 millions ou 44 pour cent de la population totale du pays.