image21.jpg

Une lettre pastorale de la CECC sur les migrants et les réfugiés : La communauté chrétienne doit être un exemple d’acceptation et d’appréciation des migrants dans la société canadienne

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon
Être un migrant ou un hôte de passage, c’est la réalité que vivent 2,9 % de l’ensemble de la population mondiale aujourd’hui. On évalue à au moins 175 millions le nombre d’hommes, de femmes et d’enfants qui vivent à l’extérieur de leur pays d’origine, ce qui inclut les migrants économiques, les réfugiés et les demandeurs d’asile.

Selon le recensement de 2001, près d’un Canadien sur cinq est né à l’extérieur du pays, un sommet des 70 dernières années. En 2004, le Canada a accueilli 235 824 nouveaux résidents permanents provenant de nombreux pays différents. De ce nombre, 14 % étaient réfugiés.

Le dimanche 15 janvier prochain, partout dans le monde, l’Église catholique soulignera la Journée mondiale pour les migrants et les réfugiés. Cette journée a pour but d’éveiller davantage le souci pastoral à l’endroit des personnes immigrantes dont le nombre ne cesse de croître.

Afin d’aider les communautés chrétiennes à réfléchir à cette question et à souligner cet événement lors des célébrations du 15 janvier, la Commission épiscopale des affaires sociales de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) rendra publique au début de la nouvelle année une lettre pastorale sur les migrants intitulée : « Car nous ne sommes devant toi que des étrangers et des hôtes ».

Le document trace un portrait juste des enjeux de l’immigration à travers le monde et au Canada. Il fait aussi état de plusieurs problèmes rencontrés par les personnes réfugiées et immigrantes dans leur parcours dont la séparation des familles, le trafic et la traite des personnes et la pauvreté. La lettre pastorale affirme à nouveau que l’asile religieux, comme recours ultime pour éviter la déportation, met en lumière des lacunes importantes du processus de détermination du statut de réfugié.

Lettre pastorale sur les migrants Les évêques y rappellent que l’Église doit continuer à faire entendre sa voix pour défendre la dignité humaine des migrants partout où ceux-ci se trouvent et elle doit contribuer à faire changer les politiques actuelles qui menacent leurs droits. À cet égard, la lettre pastorale rappelle aux croyants leur devoir d’accueil et leurs responsabilités à l’endroit des personnes migrantes. La présence des migrants et des réfugiés « est un signe du Christ ressuscité. Car c’est au cœur même de l’accueil des personnes de différentes origines que Dieu a choisi de se révéler : ‘j’étais un étranger et vous m’avez accueilli’ ».

Les diocèses, les paroisses et les groupes sont invités à se procurer sans tarder des exemplaires de cette publication (en français ou en anglais) au Bureau de Justice, paix et missions de la Conférence des évêques catholiques du Canada, 2500, promenade Don Reid, Ottawa, ON K1H 2J2. Téléphone : (613) 241-9461, poste 133 ; télécopie : (613) 241-9048 ; courriel : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .

 

- 30 -


Sources :
Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Mise à jour le Jeudi, 05 Octobre 2006  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
gendron noel 2017

PrayerWeek_FR
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk3

Le diocèse le plus ancien au Canada est l’archidiocèse de Québec, établi en 1674. Monseigneur François de  Laval fut le premier évêque.