image42.jpg

Assemblée plénière 2006 de la CECC : rapport de l'Organisme catholique pour le dévéloppement et la paix

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

1          INTRODUCTION

L'exercice budgétaire terminé le 31 août 2006 a marqué une année de changement fondamental au sein de Développement et Paix. En juin 2006, le conseil national avait pris d’importantes décisions afin d’amorcer un processus de renouvellement organisationnel et de restructurer l'organisme en fonction d’évaluations de revenus plus conservatrices.

Cette restructuration a entraîné des changements dans le fonctionnement de chacune des six unités administratives de l'organisme; la fusion des secteurs francophone et anglophone du Service de l’éducation en un seul Service national de l’éducation; la fusion du Service des communications et de l'unité de la collecte de fonds en une nouvelle entité appelée le Service de la promotion; ainsi que des changements dans la gamme de services que nous offrons à nos membres d'un océan à l'autre.

Après plusieurs années de déficits prévus, financés par l’opérationnalisation de nos excédents accumulés, le budget de fonctionnement pour 2006-2007 est équilibré et fondé sur des prévisions de revenus de 20 millions de dollars (soit une réduction de 4 millions de dollars par rapport à l'année précédente).

Même si le processus de restructuration était une préoccupation importante pour le conseil national, la direction et le personnel, nous avons poursuivi notre travail de développement soutenu auprès de nos partenaires à l’étranger, de même que notre travail d’éducation, de plaidoyer et de collecte de fonds au Canada. Le rapport qui suit en présente les grandes lignes.

2          PROGRAMMES DE DÉVELOPPEMENT

L'année qui s’achève était la troisième et dernière année de notre programme Appui à la démocratisation du développement, conçu afin de :

  • promouvoir la paix et la résolution pacifique des conflits;
  • maintenir, protéger et créer des tribunes démocratiques; et
  • susciter la participation de la population canadienne à des programmes de plaidoyer et de collecte de fonds à l’appui des membres de réseaux et d’alliances qui militent en faveur du changement social partout dans le monde.

À long terme, le programme favorisera l’avènement d’un développement humain mondial et durable, fondé sur les principes de la justice sociale, de la participation du public dans la prise de décisions, de l'égalité des genres et du respect de l'environnement.

Pendant l'année, une nouvelle proposition de financement quinquennal (2006-2011) a été préparée et soumise à l'Agence canadienne de développement international (ACDI) pour les fonds du programme de base et l'appui à nos partenariats internationaux, afin de compléter l'aide financière que nous recevons des catholiques du Canada. Ce nouvel accord, notre premier accord quinquennal à long terme, poursuit l’accompagnement de nos partenaires du Sud sous le thème Bâtir des communautés plus justes et plus équitables.

Dans les contraintes de notre restructuration financière, nous avons maintenu le nombre de pays dans lesquels nous aurons des programmes actifs (une trentaine de pays d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie), mais nous avons privilégié la consolidation du nombre de nos projets et partenaires. Nous réduirons le nombre de nos projets de quelque 30 % et le nombre de partenaires de quelque 25 %. Selon nos principes de partenariats, nous maintenons nos relations à long terme tout en réduisant le nombre de projets et d'activités à court terme.

3          PROGRAMMES D'ÉDUCATION / DÉVELOPPEMENT SOLIDAIRE

3.1        CAMPAGNES DE PLAIDOYER

La campagne de plaidoyer sur les questions de l'eau a terminé sa troisième et dernière année. Il s’agit de la première campagne multi-annuelle menée par Développement et Paix. Le thème de la campagne a trouvé un écho favorable auprès du public canadien. En effet, pendant la campagne, plus de 460 000 Canadiennes et Canadiens ont signé la carte postale demandant au gouvernement fédéral de reconnaître l'accès à l'eau comme un droit humain, et invitant Ottawa à appuyer la gestion publique des services de distribution de l'eau, à protéger les sources d’eau naturelle et à s'opposer aux mesures des accords et politiques fédéraux, bilatéraux ou multilatéraux qui favorisent la privatisation de l'eau.

Jusqu'ici, 183 municipalités, dont Victoria, Toronto, Ottawa, Montréal et Halifax, ont également adopté des résolutions reconnaissant l'eau comme un droit fondamental et soulignant la nécessité de maintenir la propriété publique et collective de l'eau. La Fédération des municipalités canadiennes a également adopté une résolution à l’appui de ces principes l'automne dernier.

Le nouveau programme quinquennal sur l'accès aux ressources, tel qu’adopté par l'Assemblée d'orientation 2005 de Développement et Paix, est lancé, alors que notre campagne d'automne 2006 se concentre sur le secteur de l'extraction minière.

3.2        MISSION D’OBSERVATION DES ÉLECTIONS - RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO

Mgr Luc Cyr, évêque de Valleyfield, a dirigé une délégation conjointe de Développement et Paix et de la CECC en République démocratique du Congo (RDC) afin d’observer les élections de juillet dans ce pays. Parmi les membres de la délégation se trouvaient Claude Berthiaume, membre du conseil national, et trois membres du personnel de Développement et Paix : Julie Perrault, Sylvie Bélanger et Serge Blais.

La mission de Mgr Cyr a suivi la visite au Canada pendant notre campagne carême de partage annuelle de Mgr Fulgence Muteba, évêque de Kilwa-Kasenga.

De 2002 à 2005, Mgr Muteba a été Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo – RDC (CENCO). À ce titre, il fut l'un des principaux architectes d'un projet d’éducation à la citoyenneté administré par un organisme appelé CARTEC (Coordination pour une transition réussie) visant à sensibiliser la population à la démocratie et au processus électoral. Le groupe a formé 50 000 bénévoles dans les paroisses à travers le pays. C'était un vaste projet national, le plus ambitieux de l’histoire du Congo.

Pendant sa visite au Canada, Mgr Muteba a demandé à l'Agence canadienne de développement international (ACDI) et au Ministère des Affaires étrangères d’appuyer le processus de démocratisation des élections de juillet — les premières élections démocratiques tenues dans son pays en 40 ans. Mgr Muteba a également participé à un colloque sur la gestion de l’exploitation minière au Congo, où il a souligné l'importance de s'assurer que les investissements étrangers profitent autant à l'économie locale qu’aux entreprises étrangères.

Le diocèse de Mgr Muteba est situé dans la province de Katanga, dans une région du pays — au sud-est — profondément touchée par la guerre et qui accueille actuellement des dizaines de milliers de personnes déplacées. Développement et Paix, en collaboration avec Caritas Internationalis, appuie un projet de secours d’urgence dans la région.

3.3        VISITEURS DU SUD

En plus de Mgr Muteba, les représentants de cinq autres de nos groupes de partenaires à l’étranger ont visité le Canada pendant le carême de partage pour informer nos membres et le public sur des questions clés dans le domaine du développement international et expliquer l'importance du travail de Développement et Paix dans leur pays. Nos invités étaient : Paz Bareiro Decidamos du Paraguay; Anne Mukole Kabangewa, aussi de la République démocratique du Congo; Wardah Hafidz d'Indonésie; Sélome Houetognon du Togo; et Speciose Mukandutiye du Rwanda.

3.4        LE FORUM DES ÉVÊQUES DE CIDSE

En janvier 2006, Mgr Martin Currie, évêque du diocèse de Grand Falls, a accompagné Michael Casey, directeur général de Développement et Paix, à Amsterdam, pour le Forum triennal des évêques de CIDSE (Coopération internationale pour le développement et la solidarité), le réseau international des organismes catholiques d'aide humanitaire. Mgr Currie s'est adressé au groupe au sujet de la justice sociale au Canada.

3.5        CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LE SIDA (SIDA 2006) - TORONTO

Développement et Paix a collaboré étroitement avec l'archidiocèse de Toronto et la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) pour assurer une présence catholique aux événements liés à la XVIe conférence internationale sur le SIDA parrainée par les Nations unies (AIDS 2006) à Toronto.


Entre autres,
Développement et Paix a participé à une pré-conférence oecuménique de deux jours, les 10 et 11 août  2006, sur le thème Foi dans l'action : Garder la promesse. L'événement regroupait plusieurs centaines de personnes de groupes religieux de 30 pays qui réfléchissaient sur les défis posés par la pandémie du VIH / SIDA aux gens de foi. Les délégués et les déléguées ont évalué les mesures prises jusqu'ici dans la lutte contre le VIH / SIDA et les stratégies prévues pour mettre en application l'Évangile afin de formuler une réponse chrétienne à la pandémie.


4          SECOURS D’URGENCE


Développement et Paix
met de côté 10 % des sommes recueillies pendant le carême de partage pour des projets de secours d’urgence visant à soulager la souffrance provoquée par des catastrophes naturelles et des conflits civils. Notre principal partenaire dans la réponse aux situations d’urgence est le réseau Caritas Internationalis, par lequel environ 85 % de nos fonds de secours d’urgence sont acheminés vers des victimes autour du globe.  


Nous avons poursuivi notre appui continu au Service Jésuite des réfugiés pour ses programmes d’aide aux personnes déplacées et réfugiées à l’intérieur de leur pays dans des secteurs touchés par des catastrophes.

5          CARÊME DE PARTAGE

Comme toujours, la collecte annuelle du carême de partage représente l'activité de collecte de fonds la plus importante pour Développement et Paix, comptant pour quelque 40 % de notre revenu annuel total. L'appui reçu des catholiques canadiens dans le cadre de cette collecte spéciale forme la base de notre mouvement et de notre travail visant à promouvoir le développement et la justice sociale dans le monde entier.

L'appui de nos évêques est critique pour le succès de cette collecte annuelle. De toujours, la participation active des évêques (sous forme de lettres pastorales ou de discussion et de promotion de la collecte) a été directement proportionnelle au montant recueilli pour appuyer notre travail. Développement et Paix est très reconnaissant pour ces appuis et encouragements.

Notre collecte du carême de partage 2006 se chiffre à environ 9 millions de dollars, légèrement au-dessous du montant de la collecte 2005, poursuivant la tendance à la baisse progressive dans les contributions observée dans des rapports précédents.

6          COLLECTE DE FONDS

Les activités de collecte de fonds en dehors du carême de partage revêtent de plus en plus d’importance pour Développement et Paix. Grâce à des programmes de promotion pendant l'année, le nombre de nos personnes donatrices mensuelles (les Partagens) a augmenté d’environ 20 %, pour atteindre 5 500 personnes. D'autres contributions et dons planifiés s’élevaient environ au même niveau qu’en 2005, fournissant 2,5 millions de dollars en revenus supplémentaires.

7          RÉSEAUTAGE

Développement et Paix continue à maintenir des liens internationaux actifs avec les réseaux et les organismes de développement internationaux et canadiens. Nous sommes étroitement liés et membres actifs (entre autres) de Caritas Internationalis; CIDSE (Coopération internationale pour le développement et la solidarité); KAIROS; le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI); l’AQOCI,  l’Association québécoise des organismes de coopération internationale; Pax Christi; et le Groupe de surveillance international des libertés civiles  (ICLMG).

Ces réseaux et relations nous permettent de travailler en étroite collaboration avec d'autres organismes et de miser sur nos ressources pour accroître notre rayonnement et notre efficacité dans la réalisation de nos objectifs de développement.

8          AFFAIRES INSTITUTIONNELLES / RENOUVELLEMENT ORGANISATIONNEL

Le processus de restructuration amorcé en juin 2005 s’est poursuivi pendant l'année, et visait à aborder les principaux défis que doit relever Développement et Paix, y compris :

  • le vieillissement et la baisse du membership dans les secteurs traditionnels de l'Église catholique;
  • le plafonnement du revenu de base et des contributions financières;
  • l’augmentation sans cesse croissante des dépenses de fonctionnement;
  • le vieillissement du personnel.

La nouvelle structure organisationnelle permettra à Développement et Paix de remplir sa mission tout en relevant le défi que représente actuellement l’écart croissant entre les revenus et les dépenses.

La restructuration a suivi une série de consultations tenues entre septembre 2005 et juin 2006 et regroupant les membres de l'organisation (par le biais des Assemblées régionales et du conseil national), le personnel, et la Conférence des évêques catholiques du Canada. La revue institutionnelle limitée (menée avec les membres au Canada en 2002) a également été prise en compte dans le cadre du processus de réflexion.

Le budget de 20 millions de dollars pour le programme de base de l'organisation en 2006-2007 comprend  l’ensemble des programmes réguliers de développement international, l’éducation populaire, les communications, la collecte de fonds, le plaidoyer, l’administration et la gouvernance. Les secours d’urgence et les programmes bilatéraux à l’étranger ne sont pas inclus dans le programme de base; ils font l’objet de budgets distincts, à même des fonds restreints précis.

Entre autres, le plan de restructuration :

  • conserve la structure de ratios actuelle pour l’affectation des budgets à  Développement et Paix : environ 67 % pour le développement international; 22,5 % pour les programmes au Canada; et 10,5 % pour l'administration et la gouvernance;
  • assure la poursuite des activités de formation et de recrutement des membres dans le cadre d'un programme appelé Membership/Leadership. Le programme est conçu pour aider à assurer la croissance et la stabilité futures de Développement et Paix à la base;
  • maintient la présence d’un bureau national à Toronto;
  • fournit une aide financière restreinte, mais continue, de la part des catholiques du Canada à des initiatives œcuméniques de justice sociale (par l’entremise de KAIROS);
  • fusionne les secteurs francophone et anglophone de l’éducation en un seul Service de l’éducation d’envergure nationale;
  • fusionne le Service des communications et l'unité de la collecte de fonds en une nouvelle entité appelée le Service de la promotion;
  • offre un programme d’incitation au départ (une option de retraite anticipée) pour les employés admissibles.

La nouvelle structure et le budget d’exploitation sont en place pour l'exercice budgétaire commençant en septembre 2006.


Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048

Mise à jour le Vendredi, 05 Mars 2010  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
gendron noel 2017

PrayerWeek_FR
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk3

Le diocèse le plus ancien au Canada est l’archidiocèse de Québec, établi en 1674. Monseigneur François de  Laval fut le premier évêque.