image26.jpg

Communiqué de presse de Terre Sainte au sujet des restrictions imposées par les autorités israéliennes aux célébrations prévues pour la Semaine Sainte à Jérusalem

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

Depuis des centaines d’années, la célébration de Pâques à Jérusalem constitue pour les chrétiens de Terre Sainte la semaine la plus importante et la plus signifiante du calendrier liturgique. Mais voilà qu’ils se voient nier leur liberté de culte pendant cette période par la police de l’occupation israélienne.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 
20 MARS 2010

LES CHRÉTIENS DE TERRE SAINTE RÉAGISSENT
AUX RESTRICTIONS IMPOSÉES PAR LA POLICE ISRAÉLIENNE
DURANT LES CÉLÉBRATIONS DE PÂQUES

Depuis des centaines d’années, la célébration de Pâques à Jérusalem constitue pour les chrétiens de Terre Sainte la semaine la plus importante et la plus signifiante du calendrier liturgique. Mais voilà qu’ils se voient nier leur liberté de culte pendant cette période par la police de l’occupation israélienne.

Le dimanche des Rameaux, le Vendredi Saint, le Samedi du feu sacré et le dimanche de Pâques sont les jours les plus saints célébrés par les chrétiens à Jérusalem.  Le caractère unique du Samedi Saint est célébré à Jérusalem depuis aussi loin que 1106 A.D. Au cours des dernières décennies, les célébrations ont été régies par le statu quo de 1852 touchant les processions à l’intérieur de l’enceinte de l’église du Saint-Sépulcre en plus des traditions de la communauté locale et des pèlerins dans son voisinage. Selon la tradition, la communauté locale revendique durant cette journée sainte le droit d’attendre le feu sacré sur le toit du patriarcat grec orthodoxe puisque depuis des générations les chrétiens palestiniens ont accueilli les pèlerins visiteurs sur la place du Saint-Sépulcre et leur ont fait de la place.

La tradition inclut également le droit pour les fidèles locaux de rejoindre la cathédrale arabe orthodoxe de Saint-Jacob par le toit du patriarcat orthodoxe pour les prières communes du matin du Samedi Saint; la tradition veut aussi que la communauté locale participe à la «Zaffeh» (procession) à partir du quartier chrétien, défilant avec le prêtre de la cathédrale arabe orthodoxe de Saint-Jacob et le chef de la communauté locale jusqu’au Saint-Sépulcre. Il est également connu que le chœur local de Saint-Jacob et les représentants des familles traditionnelles orthodoxes de Jérusalem ont le droit d’encercler le Tombeau sacré. Pendant les cinq dernières années, ces mesures ont été mises indûment en péril, minimisées et rendues impossible en raison des restrictions mises en œuvre sur le terrain par la police israélienne.

En plus d’exercer un contrôle serré sur la ville ce jour-là, restreignant les déplacements de tous les croyants chrétiens, la police israélienne prétend que le toit de l’église ne peut accommoder que 500 personnes, et c’est ainsi que le système de permis a été mis en vigueur durant les six dernières années. L’an dernier, il n’y avait que la police sur le toit car tout le monde s’est vu dénier le droit d’entrée aux points de contrôle. Maintenant, ils n’appliquent plus le système de carte de permis en raison du fait que la communauté locale refuse d’accepter ce système. Ils prétendent que le Patriarcat doit approuver l’accès en premier lieu, mais ceci a été contesté par communications directes entre la communauté et le Patriarcat qui traditionnellement accorde le libre accès. De plus, l’ingénieur civil du Patriarcat a attesté que le toit accueille habituellement environ 2 000 personnes.

Aujourd’hui, alors qu’un débat a été lancé concernant la liberté de culte à Jérusalem en raison des agressions constantes de la part des colons à l’endroit de la mosquée Al Aqsa (Al Haram Al Sharif) et en dépit du fait que les dirigeant israéliens, tels que le premier ministre Netanyahu et le président Peres ont assuré la presse internationale que «seul Israël» peut conserver la liberté de religions à Jérusalem, nous, les chrétiens de Terre Sainte, dénonçons les politiques discriminatoires israéliennes à l’égard de notre communauté. Tandis que les chrétiens se voient refuser le droit de pratiquer librement leur religion en raison de barrages routiers dans la vieille ville, de la présence de policiers armés de mitraillettes, de comportements grossiers et hostiles de la part de la police et des membres de l’armée, la puissance occupante israélienne permet aux Juifs le libre accès à leurs temples en allant jusqu’à imposer sur la vie quotidienne des Palestiniens des restrictions sévères comme les couvre-feux et les fermetures imposées.

En réponse à ces initiatives unilatérales et discriminatoires d’Israël, les organismes chrétiens de Palestine en territoire occupé du secteur est de Jérusalem ont entamé des procédures judiciaires « pour préserver le droit au libre accès de nos églises et de nos sanctuaires». Ces procédures judiciaires, au niveau de la Cour suprême, porteront contre quiconque est impliqué dans cette politique discriminatoire, incluant la police israélienne et la municipalité israélienne de Jérusalem.

Nous demandons à la communauté internationale, et en particulier au monde chrétien, incluant les Églises et la société civile, d’exercer des pressions pour qu’Israël mette fin à son occupation illégale du secteur est de Jérusalem, et, comme dans le cas présent,  interrompe les restrictions d’exercice de leurs droits religieux fondamentaux imposées aux chrétiens de Terre Sainte.

Nous, Palestiniens chrétiens, saluons le monde avec les bénédictions de Pâques de Jérusalem, la cité de la Résurrection. Puisse Dieu mettre fin aux souffrances du peuple palestinien, instaurer la justice dans cette région en difficulté et accorder la paix au monde entier.

 
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
gendron noel 2017

PrayerWeek_FR
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk5

Les couleurs du site web représentent les symboles héraldiques officiels des évêques. La couleur verte correspond au "chapeau de sinople" (chapeau ecclésiastique) et aux six glands (de chaque côté) qui forment les tenants et le cimier des armoiries de chaque évêque tandis que l'or représente la croix processionnelle. Plus d'info...