images39.jpg

Changements dans les responsabilités du personnel de la CECC

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

À la suite de l'approbation formelle du Conseil permanent et après en avoir dûment informé la Commission pour la justice et pour la paix, le Bureau de direction de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) a supprimé le poste de Conseiller principal pour la justice sociale. Ce changement a pris effet le 3 décembre 2012. Cette décision a été motivée par un souci de rentabilité financière et par un désir d'encourager une approche d'équipe plus efficace au travail de notre Conférence, de ses Commissions et de ses comités.

Il est important pour les évêques de traiter des questions sociales, surtout celles ayant trait spécifiquement à la justice et à la paix. Ceci a donné lieu historiquement à l'établissement des premières conférences épiscopales du monde au XIXe et au début du XXe siècle. Parmi ces expériences, le pape Pie XII a encouragé la mise sur pied de notre Conférence. La CECC a été fondée durant les dernières années de la Seconde Guerre mondiale au moment où les évêques cherchaient des façons de répondre aux besoins sociaux et ecclésiaux de l'époque. Avec la mise en œuvre des enseignements du Concile Vatican II, les Conférences épiscopales font maintenant partie du fonctionnement de l'Église catholique romaine aujourd’hui. Au fil des ans, leur rôle s’est transformé particulièrement au cours des vingt dernières années. La Conférence soutient les évêques dans leur ministère et dans les responsabilités qu’ils assument : l’enseignement de la foi catholique, le maintien de l’unité de l’Église localement et universellement, et la promotion des rôles et des responsabilités adéquats des membres du clergé, des religieux et religieuses et des laïques dans la proclamation de l’Évangile et la transformation du monde.

Après Vatican II, une meilleure compréhension du rôle spécifique de l'Église dans les questions de justice sociale a permis de mieux saisir ce que cela signifie pour le ministère des évêques et de leurs conférences. Dans sa première encyclique Deus Caritas Est, le pape Benoît XVI nous rappelle que : « [Église] elle veut servir la formation des consciences dans le domaine politique et contribuer à faire grandir la perception des véritables exigences de la justice et, en même temps, la disponibilité d’agir en fonction d’elles-mêmes si cela est en opposition avec des situations d’intérêt personnel. » (no 28) Comme l’explique le Saint-Père : « dans la situation difficile où nous nous trouvons aujourd’hui, à cause aussi de la mondialisation de l’économie, la doctrine sociale de l’Église est devenue un repère fondamental, qui propose des orientations valables bien au-delà de ses limites : ces orientations – face au développement croissant – doivent être appréhendées dans le dialogue avec tous ceux qui se préoccupent sérieusement de l’homme et du monde » (no 27).

À la lumière de ce qui a été dit ci-dessus, à la suite d’une consultation auprès de la Commission pour la justice et la paix de la CECC et après avoir obtenu l'approbation du Bureau de direction des changements ont été effectués. Les modifications suivantes ont été apportées aux responsabilités de certains membres du personnel de la CECC afin d’assister la Conférence dans le développement d’une approche plus efficace et plus concertée de ses projets :

1) Le titre et les responsabilités de M. Patrick Fletcher ont été modifiés comme suit : de « Conseiller théologique principal » il est maintenant « Conseiller principal pour la théologie et la doctrine sociale »;

2) M. Fletcher a été nommé secrétaire de la Commission pour la justice et pour la paix ainsi que secrétaire de la Commission pour la doctrine;

3) Le conseiller principal les relations interreligieuses et ecclésiales, M. Jonas Abromaitis assistera la Commission pour la justice et la paix en ce qui concerne les activités œcuméniques et interconfessionnelles dans le domaine de la justice sociale. Il continuera d’être le Secrétaire de la Commission pour l’unité chrétienne, relations religieuses avec les Juifs et le dialogue interreligieux et aussi du Comité permanent pour les relations avec les mouvements et les associations.

Les modifications ci-dessus entrent en vigueur immédiatement. Pour faciliter cette transition, M. Fletcher et M. Abromaitis ont déjà aidé la Commission pour la justice et la paix de la CECC. M. Fletcher a représenté la CECC, lors de la seconde conférence sur la réinstallation, organisée par le bureau des réfugiés de l’archidiocèse de Toronto. Dans le cadre de son « approche multidisciplinaire », la Conférence, ses Commissions et ses comités continueront de consulter et de collaborer, lorsque c'est possible, avec les organismes catholiques ou avec d’autres organisations qui ont une expertise particulière dans des domaines connexes portant sur la pastorale, y compris les questions de justice et de paix. En ce qui concerne le Conseil d'administration du Conseil canadien des Églises et le Conseil d'administration de Kairos, le Secrétaire général et les Secrétaires généraux adjoints conservent leurs rôles actuels d’assistance et de représentation de la CECC

(Mgr) Patrick Powers, P.H.
Secrétaire général
Conférence des évêques catholiques du Canada

Mise à jour le Vendredi, 14 Décembre 2012  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
gendron noel 2017

PrayerWeek_FR
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk3

Le diocèse le plus ancien au Canada est l’archidiocèse de Québec, établi en 1674. Monseigneur François de  Laval fut le premier évêque.