image44.jpg

Lettre de La Commission épiscopale des affaires sociales au Ministre des Finances

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

Monsieur Paul Martin
Ministre des Finances
Chambre des communes
Ottawa, On
K1A 0A6

Monsieur le ministre,

Nous désirons réitérer l'inquiétude de longue date des évêques catholiques du Canada à l'égard du dossier de l'annulation de la dette des pays les plus pauvres.

Au cours des dernières années et sous le leadership du Saint-Père, nous avons suivi de près cette question. À l'approche du Jubilé de l'An 2000, nous nourrissons l'espérance que le pays et la communauté internationale puissent célébrer cet événement en corrigeant des injustices historiques. En termes bibliques, le Jubilé entraînait remise des dettes, la libération des esclaves et le retour aux terres ancestrales pour ceux qui en avaient besoin pour nourrir leurs familles. L'arrivée de l'an 2000 devrait nous inciter à la conversion du coeur et à l'élimination des structures économiques qui engendrent la pauvreté et la souffrance. En effet, dans les pays les plus pauvres de la terre, des millions de gens sont condamnés à l'esclavage de la dette, à la pénurie, au sous-développement. Cette situation doit à tout prix être corrigée.

En ce moment, le sort de l'Ouganda a valeur de symbole dans le monde. La diligence et la sincérité avec lesquelles on traitera la dette de ce pays sera une preuve que l'initiative des " Pays pauvres très endettés ", mise sur pied par les institutions financières internationales, s'avère une stratégie crédible et qu'elle mérite d'être largement appuyée. Nous apprécions que le Canada soit en faveur d'une décision et d'un règlement rapides du cas de l'Ouganda. Nous vous demandons de convaincre résolument vos collègues du G-7 de la justesse de cette position. Nous vous invitons aussi à vous assurer que d'onéreux calculs de la performance de l'Ouganda en matière d'exportations n'entraîneront pas la réduction de l'allégement de sa dette ou sa remise à plus tard. Car si, à force de pressions, l'on imposait à l'Ouganda de nouvelles conditions, les délais supplémentaires ainsi créés affaibliraient d'autant les engagements en faveur de l'allégement de sa dette. La question de la dette multilatérale, Monsieur le ministre, requiert une action ferme et décisive. Nous vous encourageons donc à redoubler d'effort et à vous assurer que la dette des pays tels l'Ouganda soit allégée sans
délai. On pourra ainsi rebâtir la communauté humaine et rétablir la confiance à l'égard de la détermination du Nord à résoudre vraiment le problème de la dette à titre d'un enjeu de justice. Dans le passé, le Canada a déjà fait preuve de leadership dans ce dossier. Nous vous invitons à poursuivre dans le même sens.

En vous souhaitant bon courage dans vos efforts à cet égard, recevez, Monsieur le ministre, l'expression de nos sentiments les meilleurs.


Mgr François Thibodeau,cjm
Évêque d'Edmunston
Président,
Commission épiscopale des affaires sociales
Conférence des évêques catholiques du Canada


Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048

 

Mise à jour le Jeudi, 17 Août 2006  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
gendron noel 2017

PrayerWeek_FR
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk3

Le diocèse le plus ancien au Canada est l’archidiocèse de Québec, établi en 1674. Monseigneur François de  Laval fut le premier évêque.