image47.jpg

Instauration d'une taxe sur les transactions financières : Le Bureau des affaires sociales réclame un «oui» du gouvernement

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

À la suite d'une invitation de la coalition L'initiative d'Halifax, plusieurs organisations dont le Bureau des affaires sociales de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) réclament que le gouvernement entérine une motion parlementaire visant à imposer une taxe sur toute transaction financières, taxe qui permettrait de protéger les citoyens, les pays et l'emballement des marchés qui a souvent des conséquences économiques désastreuses. Les députés seront invités à voter sur la motion M-239, le 23 mars prochain. Voici la lettre ouverte qui a été présentée en conférence de presse, le 15 mars dernier, à Ottawa. Le co-directeur du Bureau des affaires sociales de la CECC, Bernard Dufresne, y participait.

Lettre ouverte aux députés(es)

L'économie mondiale est dangereusement hors contrôle. Le Mexique, la Thaïlande, la Corée du Sud, l'Indonésie, la Russie et le Brésil sont tombés et nous nous demandons tous qui sera le suivant. L'effondrement d'une devise laisse toujours dans son sillage une totale désolation. Les hausses de prix vertigineuses, les fermetures massives d'entreprises et la montée en flèche du chômage créent d'énormes ravages sociaux, économiques et politiques et provoquent la souffrance humaine partout sur la Terre.

Le Canada n'a pas été épargné. Les spéculateurs s'en sont prix à notre dollar lors d'une cinglante attaque dont nous ne faisons que commencer à nous remettre. Les exportations ont plongé et des gens se sont retrouvés sans emploi quand les marchés et les prix se sont effondrés à l'échelle mondiale. Les exportations canadiennes vers l'Asie du Sud-Est ont chuté de 5,7 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de 1998 comparativement à la même période de l'année précédente. Les analystes prédisent que le pire est encore à venir, car la crise engendre la crise, et la fin de tout cela n'est pas encore en vue. Les spéculateurs financiers, qui acquièrent de la richesse sans le moindre travail productif, jouent avec l'avenir des personnes, avec notre avenir. Les principaux penseurs partout dans le monde demandent que soient adoptées des mesures permettant de contrôler les capitaux spéculatifs qui sont devenus un «boulet de démolition» à l'échelle mondiale, renversant les économies les unes après les autres. De partout, des politiciens éminents, des économistes très influents et certains spéculateurs eux-mêmes unissent leurs voix pour demander un contrôle des transactions financières internationales, et ce choeur est de plus en plus nombreux et sa voix est de plus en plus puissante.

Nous, soussignés, joignons notre voix à ce concert et demandons à tous(es) les députés(es) de se lever en Chambre le 23 mars 1999 et de voter «OUI» à un contrôle de ceux qui spéculent sur les devises. Nous vous exhortons à voter «OUI» à l'instauration d'une taxe Tobin (une taxe sur les transactions financières) conjointement avec des partenaires internationaux. Nous vous exhortons à voter «OUI» à la motion d'initiative parlementaire M-239.

Fort d'un mandat clair de la Chambre des Communes et de la population canadienne, le gouvernement fédéral présentera avec assurance la taxe Tobin comme l'une des nombreuses mesures qui s'avèrent essentielles pour réorganiser les marchés financiers mondiaux à partir de critères plus équitables et plus durables. Si, devant la preuve écrasante du contraire, nous ne remettons pas en question l'hypothèse voulant que les marchés fonctionnent de façon efficace lorsqu'ils sont laissés à eux-mêmes, c'est notre économie, notre souveraineté politique et, en fin de compte, notre démocratie que nous abandonnons.

Nous reconnaissons que de nombreux représentants du secteur financier s'opposeront énergiquement à toute action visant à entraver la libre circulation des capitaux. Nous reconnaissons par ailleurs que le maintien de l'inaction sur cette question est inacceptable aux yeux de tous les citoyens canadiens soucieux de protéger et d'augmenter les emplois et la sécurité sociale, d'assurer la stabilité des monnaies et de maintenir la productivité économique à l'échelle nationale comme à l'échelle internationale.

La taxe Tobin ne mettra pas un terme aux activités spéculatives, en fait, elle n'en a jamais eu l'intention. Cette taxe, comme toutes les taxes, aura sa part d'évasion. Il existe certains défis techniques et administratifs à relever, mais ils sont nettement moindres que le coût du statu quo et ils ne sont pas insurmontables. La taxe Tobin n'est rien d'autre qu'un élément essentiel de ce qui doit être une stratégie internationale concertée en vue de restructurer les marchés financiers pour protéger les citoyens, les nations et leurs économies contre l'emballement des marchés.

Cette motion et les actions qui résulteront de son adoption représentent une occasion pour le Canada de récupérer une partie de l'autorité démocratique perdue, suivant l'avis de nombreux(ses) députés(es) dans la foulée de la mondialisation économique. Elle représente une occasion pour les Canadiens de participer à la construction d'une économie mondiale plus démocratique et plus équitable, susceptible de servir les besoins et les intérêts de tous les citoyens.

Nous vous demandons instamment de voter «OUI» à la motion M-239.

Le Canada doit faire les premiers pas et amorcer un débat international sur la taxe Tobin en donnant son appui à cette motion et en affirmant son intention d'agir sur cette question. Les marchés libres nous ont laissés tomber, la démocratie ne doit pas en faire autant.


Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048

 

Mise à jour le Jeudi, 17 Août 2006  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
Cover Page Unity of Life and Love FR
OCCDP Automne 2017
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk2

Selon Statistiques Canada le nombre de catholiques atteint presque 13 millions ou 44 pour cent de la population totale du pays.

Selon Statistiques Canada le nombre de catholiques atteint presque 13 millions ou 44 pour cent de la population totale du pays.