image31.jpg

Dans le cadre du Jubilé de l'an 2000 : Lettre des dirigeants canadiens des Églises concernant les droits territoriaux des autochtones

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

J'écoute ce que dit Dieu, le Seigneur; Il dit : «Paix, pour son peuple et pour ses fidèles, mais qu'ils ne reviennent pas à leur folie !» (Psaume 85,9)

Chères soeurs et chers frères en Christ,

En cette première année du siècle nouveau, nous nous tournons vers Dieu, cherchant à entendre ce qu'Il dit à notre coeur, ici et maintenant. Dieu nous dit une parole de paix, il nous promet même un monde de paix. Promesse magnifique qui nous pousse à espérer. (D'ailleurs, notre espérance ne repose-t-elle pas tout entière sur cette promesse que le Dieu de l'alliance nous a faite de nous être fidèle ?). Cette parole se réalise dès que nous décidons de nous convertir.

À ce moment de l'histoire du Canada, cela apparaît évident, nous sommes instamment invités à oeuvrer pour la paix dans les relations entre les peuples autochtones de ce pays, et pour la majorité arrivée plus tard sur ce territoire. Tout au long des siècles, des choix politiques et des promesses non tenues ont défiguré cette relation et continuent de nuire sérieusement au bien-être des communautés autochtones. Si nous sommes prêts à entendre Dieu et sa parole de paix, à chercher ensemble cette parole, nous devrons alors regarder en face les injustices passées et présentes qui ont creusé ce fossé qui nous sépare toujours, encore aujourd'hui.

Le Jubilé biblique1 nous présente ce à quoi ressemble un nouveau départ, quand nous nous repentons de notre péché collectif et cherchons à être des disciples attentifs au Seigneur ressuscité, non seulement dans nos vies personnelles mais également dans notre vie collective. Au tout début de sa vie publique, dans la synagogue de Nazareth, Jésus a proclamé une bonne nouvelle pour les pauvres, parce qu'était arrivée « l'année d'accueil par le Seigneur »2. C'est dire que Jésus a d'abord eu recours à la vision du Jubilé pour illustrer le nouveau départ que Dieu proposait par sa vie et sa mission. Le Jubilé prescrivait le repos du dur labeur pour la terre et pour ses habitants, la remise du fardeau de la dette et la restauration des terres ancestrales aux descendants de ceux qui les avaient perdues.

La prescription biblique du Jubilé jette un éclairage stimulant sur la question, toujours à résoudre, des droits territoriaux autochtones au Canada. Il est clair, en effet, que la reconnaissance et le respect de ces droits sont fondamentaux pour le bien-être des communautés autochtones et pour le redressement de la relation entre Autochtones et non-Autochtones. Le rapport de la Commission royale sur les peuples autochtones, paru en 1996, propose des solutions concrètes pour briser les dimensions défaillantes et pourtant bien enracinées de cette relation. Ce rapport vise fondamentalement à garantir aux Autochtones une base territoriale adéquate ainsi qu'un accès aux ressources suffisantes pour le développement d'économies durables.

Nous croyons que, au nom de la justice, et en fidélité à un regain d'espérance partagée, les Canadiennes et les Canadiens ont une obligation morale de s'attaquer sérieusement à la question des droits des Autochtones à un territoire et à des ressources naturelles. Au cours des récentes années, les gouvernements, au Canada, ont, bien sûr, mis en place des mécanismes de reconnaissance et de restauration des droits autochtones, mais ces mécanismes porteurs de conflits ont, dans la plupart des cas, engendré frustration, échec et rupture.

Dans cette lettre, nous demandons aux membres de nos Églises de prier et d'approfondir un sérieux problème de justice, requérant de leur part une attention soignée, sincère et consciencieuse - beaucoup plus que celle qu'on lui a prêtée jusqu'ici dans notre vie commune. Pour aider les membres de nos Églises dans leur réflexion, nous avons rédigé une déclaration plus développée, intitulée Les droits territoriaux autochtones et la célébration du Jubilé au Canada. Nous vous demandons d'y prêter beaucoup d'attention.

L'Initiative oecuménique canadienne pour le Jubilé (coalition de 30 organisations auxquelles nos Églises participent) invite à signer une pétition demandant au Premier Ministre d'instaurer un nouveau mécanisme de reconnaissance et de satisfaction des réclamations et des droit inhérents des Autochtones. 

  1. Comme chefs d'Église, nous appuyons entièrement cette pétition. Nous demandons aux paroisses et congrégations, aux écoles et aux autres groupes ecclésiaux d'approfondir cette cause et de s'y engager.
  2. Nous invitons chacune et chacun à utiliser le matériel d'information de l'Initiative du Jubilé pour approfondir les questions soulevées.3 
  3. Nous encourageons les membres de nos Églises, quand ils étudieront ces questions, d'entrer en dialogue avec d'autres personnes, spécialement des Autochtones.

Notre engagement exige une grandeur d'âme, plus ouverte que ce que nous avons connu jusqu'ici dans la société canadienne. Dans cette tâche difficile, nos soeurs et frères autochtones ont, au long des années, démontré une patience tenace, marquée par beaucoup de souffrances, de même qu'une faim et une soif de justice, toujours croissantes. Bien sûr, la libération et la guérison des communautés autochtones reposent, en tout premier lieu, sur les épaules des Autochtones eux-mêmes. Mais, pour en arriver à une interrelation juste et équilibrée, pour arriver à guérir vraiment cette blessure de la vie canadienne, un travail s'impose qui nécessite la coopération active de toutes les Canadiennes et de tous les Canadiens.

En tant que chrétiennes et chrétiens, nous sommes invités à prier et à rechercher dans notre vie un profond respect mutuel entre les personnes et entre les peuples. C'est un dur travail que de tourner nos coeurs vers un amour radical de notre prochain, la famille d'à côté ou les structures et la mentalité de toute la société. Mais, si nous écoutons sa parole, Dieu nous donnera force, courage et même joie, parce que la promesse de la paix fondée sur la justice, c'est cela que Lui-même désire de tout coeur.

Ont signé,

Rev. Michael Peers, Primat, Église épiscopale du Canada

+ Mgr Gerald Wiesner, o.m.i., Évêque de Prince George Président, Conférence des évêques catholiques du Canada

Anne-Marie Savoie, r.h.s.j., Présidente, Conférence religieuse canadienne

Kim Foster, Présidente, Conseil unitarien du Canada

Gordon Pols, Secrétaire Exécutif, Conseil des Églises chrétiennes réformées du Canada

Rev. Telmor Sartison, Église évangélique luthérienne au Canada

R.P. David Nazar, s.j., Supérieur Provincial, Jésuites du Haut-Canada

Ron Dueck, Président, Comité central mennonite du Canada

Claude Champagne, o.m.i., Président, Conférence oblate du Canada

Glen Davis, Président, Église presbytérienne au Canada

Gordon McClure, Clerc, Société religieuse des Amis (Quakers) du Canada

Marion Pardy, Modérateur, Église unie du Canada


1. Voir en particulier Lévitique 25,8 et suivants ; Ésaïe 61,1-3
2. Voir Luc 4,18-19
3. Votre paroisse ou congrégation a peut-être déjà reçu les ressources préparées par l'Initiative oecuménique canadienne pour le Jubilé. Sinon, vous pouvez les commander à l'adresse suivante : L'Initiative oecuménique canadienne pour le Jubilé, B.P. 772, Station F, Toronto (Ontario) M4Y 2N6 ; ou, par courriel : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. , téléphone : (416) 927-0234. télécopieur : (416) 921-3843.
Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048

 

Mise à jour le Mercredi, 16 Août 2006  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
Cover Page Unity of Life and Love FR
OCCDP Automne 2017
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk3

Le diocèse le plus ancien au Canada est l’archidiocèse de Québec, établi en 1674. Monseigneur François de  Laval fut le premier évêque.