image24.jpg

Mgr James Weisgerber demande au gouvernement du Canada de ratifier une entente concernant les migrants et les membres de leurs familles

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

Monsieur Lloyd Axworthy
Ministre des Affaires étrangères et du Commerce international
125, promenade Sussex
Ottawa, ON K1A 0G2

Monsieur le ministre,  

Je vous écris à propos du dossier de la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leurs familles, document qui a été adopté et ouvert à la signature, ratification et adhésion par l'Assemblée générale des Nations unies, en décembre 1990. Jusqu'à présent, le Canada s'est abstenu de signer et de ratifier cet instrument international, qui offrirait aux quelque 75 à 80 millions de travailleurs migrants dispersés aujourd'hui à travers le monde une protection dont ils ont grand besoin.

Il est de plus en plus fréquent que l'économie internationale, stimulée par les politiques de libre-échange mises en place par des gouvernements comme celui du Canada, fasse tomber les barrières entre les États afin de mondialiser le commerce. La mondialisation accélérée du marché appelle une réglementation, sinon il pourrait être facile de négliger les valeurs humaines. L'histoire récente montre que c'est tout particulièrement le cas pour les migrants, souvent contraints de travailler dans les pires conditions prévalant dans le pays où ils arrivent.

Il faut aussi s'inquiéter des «réfugiés environnementaux», que certains chercheurs et les porte-parole des Nations unies définissent comme suit : «toute personne dont l'environnement est devenu hostile et insupportable au point qu'elle ne peut plus demeurer chez elle, dans sa collectivité ou son pays, et qui risque de ne pouvoir jamais y retourner». Selon les définitions utilisées, on pourrait dénombrer plus de personnes déplacées par des crises environnementales, des cataclysmes naturels ou d'origine humaine qu'il n'y a de réfugiés pour cause de tensions politiques et civiles. Dans bien des cas, ces migrants malgré eux, obligés de s'installer ailleurs sans l'avoir choisi, doivent endurer d'énormes souffrances.

Déjà en 1971, le pape Paul VI avait reconnu ces dilemmes : «Il est urgent, écrivait-il, que l'on sache dépasser à l'égard des travailleurs migrants une attitude étroitement nationaliste pour leur créer un statut qui reconnaisse un droit à l'émigration, favorise leur intégration, facilite leur promotion professionnelle et leur permette l'accès à un logement décent, où puissent les rejoindre, le cas échéant, leurs familles».

Si l'Église défend le droit humain à l'émigration, elle n'encourage pas sa pratique. Intervenant en 1990 en faveur du Projet de Convention, le représentant du Saint-Siège près des Nations unies faisait aussi remarquer qu'«il ne semblerait pas moins important d'insister sur le droit de ne pas émigrer, sur le droit d'avoir un accès égal à des conditions de vie décente et sur le droit de pouvoir élever sa famille avec dignité dans son pays d'origine ». Il n'en reste pas moins d'une importance cruciale, sur le plan moral, social et économique, de défendre et de renforcer les droits des personnes qui se trouvent engagées dans le processus migratoire. Nous croyons que la Convention internationale sur les droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leurs familles améliore certaines des protections existantes et mérite assurément l'appui résolu du Canada.

Nous nous associons à plusieurs coalitions œcuméniques, telles le Comité inter-Églises sur les réfugiés, le Groupe de travail Canada-Asie et l'Initiative œcuménique canadienne pour le Jubilé, pour vous demander de considérer avec la plus grande attention les conséquences positives que pourrait avoir la ratification par le Canada de cet instrument international. Nous sommes convaincus que le leadership du Canada en cette matière lancerait un heureux message d'espoir, non seulement aux migrants qui débarquent sur nos rives, mais aussi à la vaste majorité de ceux et celles qui se retrouvent dans des situations extrêmement difficiles en plusieurs autres pays du globe.

Avec l'assurance de mes sentiments les meilleurs,

Mgr V. James Weisgerber
Archevêque de Winnipeg
Président de la Commission épiscopale
des Affaires sociales de la CECC

Cc : L'Honorable Elinor Caplan
Ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration.


Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048

 

Mise à jour le Mercredi, 16 Août 2006  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
Cover Page Unity of Life and Love FR
OCCDP Automne 2017
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk3

Le diocèse le plus ancien au Canada est l’archidiocèse de Québec, établi en 1674. Monseigneur François de  Laval fut le premier évêque.