image5.jpg

Programme pastoral de la XVIIe Journée Mondiale de la Jeunesse 2002

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

Le contexte pastoral

La Journée Mondiale de la Jeunesse dans le temps

La 17e Journée Mondiale de la Jeunesse constitue le premier rassemblement de jeunes catholiques du monde entier au 21e siècle.  Au début d’un nouveau millénaire, au début d’un nouveau siècle, nous sommes invités par le pape Jean-Paul II à avancer au large (Novo Millenio Ineunte no1), « pour se souvenir du passé avec gratitude, vivre le présent avec enthousiasme, et envisager l’avenir avec confiance… »  La situation actuelle du monde dans lequel nous vivons nous invite à ce rassemblement universel de jeunes catholiques pour professer notre foi en Jésus-Christ qui est la lumière qui brille dans les ténèbres, l’espoir qui triomphe sur le pessimisme, l’amour plus fort que la haine, la vie plus forte que la mort. 

Les jeunes catholiques du Canada sont enthousiastes à l’idée d’accueillir le monde.  Une vision nationale pour la pastorale jeunesse est en train d’émerger dans ce vaste pays, et il s’agit là d’un premier fruit de la Journée Mondiale de la Jeunesse au Canada.  Les jeunes sont engagés à répondre à l’invitation du Saint-Père de faire de la Journée Mondiale de la Jeunesse un temps pour « un approfondissement de la foi » (Message de Jean-Paul II à l’occasion du dimanche des Rameaux 2001).  Le rassemblement des jeunes à Toronto veut donner le témoignage d’un peuple en marche vers un monde épris d’amour et de justice, de liberté et de paix.

La Journée Mondiale de la Jeunesse dans l’espace

La 17e Journée Mondiale de la Jeunesse se déroulera dans un jeune pays qui se prépare à célébrer
le 400e anniversaire du premier établissement français permanent en Amérique du Nord.  Le Canada est un pays entouré de trois océans : l’Atlantique à l’est, le Pacifique à l’ouest et l’Arctique au nord.  Le pays a vu débarquer sur ses côtes des peuples de diverses cultures faisant du pays une mosaïque culturelle.  Le Canada poursuit cette tradition d’hospitalité à l’occasion des Journées Mondiales de la Jeunesse, puisque des milliers de jeunes seront accueillis sur les rives du lac Ontario à Toronto à l’occasion de la 17e Journée Mondiale de la Jeunesse.

La première mention du nom Toronto se retrouve sur une carte du sud de l’Ontario de 1670, où on désignait un lac du nom de « Taranteau ».  L’équivalent en langue huronne, ouentaronk, signifie « morceaux de bois qui se croisent dans la rivière ».  Ces morceaux de bois servaient pour la pêche : on suspendait les filets sur ces morceaux de bois pour attraper le poisson.  Selon l’étymologie, Toronto signifie donc «lieu de rencontre ».  Lors de la Journée Mondiale de la Jeunesse, la ville de Toronto devient ce qu’elle est. En 2002, plusieurs rencontres signifiantes auront lieues dans cette ville:  rencontre entre la foi et la culture, rencontre entre les jeunes et le pape, rencontre entre l’Église canadienne et l’Église universelle.

La ville de Toronto, où se déroulera la 17e Journée Mondiale de la Jeunesse,  est un microcosme du multiculturalisme canadien et est souvent désignée comme la ville la plus multiculturelle dans le monde.  Le pape a déjà exprimé le défi de la rencontre à Toronto lors de l’Angélus le 19 août 2001 : « Je me projette déjà vers le prochain rassemblement mondial, qui se tiendra en juillet 2002.  Ce sera une autre étape de ce pèlerinage itinérant de la jeunesse, qui a débuté lors de l’Année de la Jeunesse en 1985, et qui, à chaque fois, rassemble autour de la croix un nombre croissant de participants en différents lieux des cinq continents.  Nous nous rencontrerons cette fois à Toronto, une métropole moderne du Canada, en Amérique du Nord, où coexistent des habitants d’origines, de cultures et de religions différentes.  Au cœur d’une réalité aussi composite et complexe on ressent  immédiatement combien il est nécessaire pour les chrétiens d’être le sel de la terre et la lumière du monde ».  C’est « au coeur d’une ville multiculturelle et pluriconfessionnelle » (Message de Jean-Paul II à l’occasion des 17e JMJ) que les participants pourront exprimer l’universalité de l’Église qui transcende les races et les cultures.

Au début du siècle dernier, un grand nombre de peuples d’Orient ont immigrés dans l’Ouest canadien.  Ils ont apporté avec eux leur culture sociale et religieuse, enrichissant le pays et l’Église.  Les jeunes des Églises de rite oriental viendront apporter leur couleur à la prochaine Journée Mondiale de la Jeunesse, enrichissant la mosaïque de l’Église du Christ. « Puisse le souvenir du temps où l'Église respirait avec « deux poumons » pousser les chrétiens d'Orient et d'Occident à marcher ensemble, dans l'unité de la foi et dans le respect des légitimes diversités, en s'accueillant et en se soutenant mutuellement comme membres de l'unique Corps du Christ. » (Novo Millenio Inneunte, no 48)

La Journée Mondiale de la Jeunesse devient aussi une étape pour répondre « à l’invitation pressante du Seigneur qui désire ardemment ‘que tous soient un’ » (Message de Jean-Paul II à l’occasion des 17e JMJ).  Nous prierons et célébrerons notre foi dans le Christ avec nos frères et sœurs de Toronto et da Canada qui seront là avec nous.  Le thème de la troisième catéchèse nous donnera l’occasion de « se réconcilier avec Dieu » (II Corinthiens) et avec les autres.  La présence et la participation des croyants des autres confessions chrétiennes et des autres religions, nous amène a envisager le grand défi du dialogue interreligieux avec la perspective manifestée par Jean-Paul II dans Novo Millenio Inneunte (55).

Inspiration biblique de la programmation de la Journée Mondiale de la Jeunesse 

Le programme pastoral de la 17e Journée Mondiale de la Jeunesse s’inspire largement du thème dévoilé lors du dimanche des Rameaux 2001 : « Vous êtes le sel de la terre… Vous êtes la lumière du monde » (Mt 5, 13-14).  Ces paroles de Jésus nous viennent de son sermon sur la montagne, et constituent la base de la vie chrétienne.

« Vous êtes la lumière du monde »
Enracinement biblique et théologique

Le thème de la lumière est enraciné dans la tradition biblique.  « Lorsque les temps furent accomplis, la lumière est venue dans le monde » (Prologue selon St-Jean 1, 5).  Jésus s’est présenté comme la lumière en disant « Je suis la lumière du monde.  Qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais aura la lumière de la vie. » (Jean 8, 12)   La tradition chrétienne reprendra ce thème affirmant que le Christ est la « Lumière des Nations » (Lumen Gentium, no1).

C’est le Christ lui-même qui convoque les jeunes et la communauté des croyants à être lumière du monde alors que nous nous préparons à célébrer la 17e Journée Mondiale de la Jeunesse.   Cette lumière nous a été confiée le jour de notre baptême.  « Dans le contexte actuel de sécularisation, dans lequel bon nombre de contemporains pensent et vivent comme si Dieu n’existait pas ou sont attirés par des formes de religiosité irrationnelles »(message de Jean-Paul II à l’occasion de la 17e JMJ), il n’est pas toujours facile d’être reflet de cette lumière. Cette lumière nous transforme et nous permet d’être les « sentinelles du matin », selon les mots de Jean-Paul II lors de la Journée Mondiale de la Jeunesse à Rome.  La lumière nous aide aussi à devenir « fils et les filles de la Lumière et du Jour » (I Thessaloniciens 5, 5).

Une image appropriée pour symboliser la multitude de jeunes qui convergeront à Toronto pour la célébration de la 17e Journée Mondiale de la Jeunesse est celle des Mages à la recherche du Christ (Mathieu 2, 1-12).  Ces chercheurs n’étaient pas satisfaits du monde qu’ils connaissaient.  Ils ont eu l’audace et la courage de quitter le confort de leur maison et de s’engager à la suite d’une nouvelle étoile qui les mènerait à la Vérité et à la Vie.  Au centre de cette merveilleuse histoire se trouve le Messie qui apporte la joie au monde.  Pour ceux qui sont à la recherche des signes des temps, la venue de Jésus est une invitation à risquer et à s’engager sur le chemin de la foi.  Lorsque nous laissons le Christ transfigurer nos vies, nous sommes transformés.  Nos vies prennent une nouvelle direction et retrouvent leur sens.

Comment alors être reflet de cette lumière pour le monde? Nous sommes reflets de la lumière lorsque nous accordons du temps pour la prière, lorsque nous aimons notre prochain et que nous sommes fidèles aux sacrements.  Nous devons nous abreuver constamment au Christ puisque nous sommes lumière « à l’image de la lune : nous ne faisons que refléter la lumière qui nous vient d’un Autre » (Catéchisme de l’Église Catholique).  La Journée Mondiale de la Jeunesse permet cette proximité avec le Christ afin que nous puissions en être le reflet dans notre monde.

« Vous êtes le sel de la terre »

Le passage biblique retenu pour le thème de la Journée Mondiale de la Jeunesse inclut les deux images complémentaires de la lumière et du sel qui nous aident à saisir l’identité chrétienne reçue lors du baptême, qui est à la fois vocation (sel) et mission (lumière).  Dans son message pour les XVIIe Journées Mondiales de la Jeunesse, Jean-Paul II identifie deux fonctions primordiales du sel.

Le sel qui assaisonne

« Une des fonctions primordiales du sel, comme cela est bien connu, est d’assaisonner, de donner goût et saveur aux aliments.  Cette image nous rappelle que, par le baptême, tout notre être a été profondément transformé, parce qu’il a été ‘assaisonnée’ par la vie nouvelle qui vient du Christ » (Message de Jean-Paul II à l’occasion des 17e JMJ).  Ainsi, nous pouvons donner au monde un témoignage chrétien : l’amour est plus fort que la haine, la terreur et la violence.

L’histoire nous a fourni des modèles qui ont brillé et qui ont été témoins de la présence vivante et active de Dieu dans notre monde.  Les saints et les saintes que l’Église nous propose comme modèles sont à l’image du sel qui assaisonne : ils donnent le sens plénier à la vie.  Jean-Paul II nous en propose quelques-uns que nous cherchons à mieux connaître en nous préparant pour la Journée Mondiale de la Jeunesse : Agnès de Rome, André de Phù Yên, Pedro Calungsod, Joséphine Bakitha, Thérèse de Lisieux, Pier Giorgio Frassati, Marcel Callo, Francisco Castellò Aleu ou encore Kateri Tekakwitha,la jeune Iroquoise appelée « le lys des Mohawks ».  Il y a aussi les premiers témoins et martyrs de la foi qui méritent d’être connus, spécialement St-Jacques dont nous ferons mémoire le 25 juillet qui sera pour nous un témoin privilégié.

Le sel qui préserve

« Pendant longtemps, le sel a aussi été le moyen habituellement utilisé pour conserver les aliments.  Comme le sel de la terre, vous êtes appelés à conserver la foi que vous avez reçue et à la transmettre intacte aux autres.  Avec une force particulière, votre génération est placée devant le défi de maintenir intègre le dépôt de la foi.  Découvrez vos racines chrétiennes, apprenez l’histoire de l’Église, approfondissez votre connaissance de l’héritage spirituel qui vous a été transmis, suivez les témoins et les maîtres qui vous ont précédés! » (Message de Jean-Paul II à l’occasion des 17e JMJ).

La JMJ permettra un approfondissement de la foi au Christ, la foi de nos parents et de nos grands-parents, transmise de générations en générations.  C’est dans la reconnaissance pour nos ancêtres dans la foi, pour nos grand-parents, que nous célébrerons la fête de Ste-Anne et St-Joachim, les parents de Marie, Mère de Dieu, le 26 juillet. 

La Journée Mondiale de la Jeunesse permet d’être le reflet du Christ… 

La Journée Mondiale de la Jeunesse permet la rencontre avec le Christ qui est présent dans la communauté rassemblée.  Plusieurs jeunes souffrent de la l’isolement et de la solitude aujourd’hui.  À l’occasion de la Journée Mondiale de la Jeunesse, ils découvrent le don de l’Église, et de nouvelles amitiés naissent à partir d’expériences communes.  Le rassemblement de milliers de jeunes, de différentes cultures et de différentes langues, partageant le même baptême et la même foi, exprime l’unicité du Christ-Sauveur et l’Église appelée à être « la maison et l’école de la communion » (Novo Millenio Inneunte, no 43).  La Journée Mondiale de la Jeunesse est une rencontre avec le Christ qui est présent dans l’autre aux multiples visages.  Dans l’évangile selon Saint Mathieu, le Christ s’identifie sans équivoque aux autres, surtout à ceux et celles qui souffrent : « J’avais faim et vous m’avez donné à manger, j’avais soif et vous m’avez donné à boire, j’étais un étranger et vous m’avez accueilli, j’étais nu et vous m’avez vêtu, j’étais malade et vous m’avez visité, j’étais prisonnier et vous êtes venus jusqu’à moi… à chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25).  Les projets caritatifs et de sensibilisation à la justice sociale seront la reconnaissance du Christ présent dans l’autre et notre réponse à son invitation, après avoir lavé les pieds de ses disciples le soir de la dernière cène: « c'est un exemple que je vous ai donné, pour que vous fassiez, vous aussi, comme moi j'ai fait pour vous » [Jn 13,15].

La Journée Mondiale de la Jeunesse est aussi une rencontre avec le Christ présent dans les sacrements, spécialement dans le sacrement de l’eucharistie, source et sommet de la vie chrétienne.

Le sacrement de la réconciliation sera aussi une occasion de rencontre privilégiée avec le Christ qui guérit et libère.  Suivant le témoignage exemplaire des confessions au Circo Massimo lors du Jubilé des jeunes, les pèlerins seront invités à se rassembler sur les rives du Lac Ontario, dans un lieu pittoresque hautement symbolique.  Les pèlerins pourront entendre résonner à nouveau les paroles par lesquelles Jésus, après avoir de la barque de Simon parlé aux foules, invita l'Apôtre à « avancer au large » pour pêcher: «Duc in altum » (Lc 5,4).  Le Christ nous permet de Le rencontrer et de puiser le meilleur en nous-mêmes.  Il pardonne nos péchés, nous guérit et nous envoie en mission. 

Les étapes vers la 17e Journée Mondiale de la Jeunesse

Préparation rapprochée au Canada

La croix des JMJ a été remise à une délégation canadienne provenant de plus de 32 diocèses et groupes ecclésiaux de toutes les provinces et territoires du Canada lors de la célébration du dimanche des rameaux 2001 à Rome. Depuis ce jour, la croix fait un pèlerinage d’un océan à l’autre du Canada.  La croix est une source de bénédiction et transforme le pays. Combien sont vraies les paroles du St-Père à l’occasion de la 15e Journée Mondiale de la Jeunesse : «… la crois fait un long pèlerinage ininterrompu  à travers les continents, ce qui démontre que la croix marche avec les jeunes et que les jeunes marchent avec la croix. »

En collaboration avec la Conférence des Évêques Catholiques du Canada, le bureau national de la JMJ a publié un livre de prière susceptible d’aider les communautés à animer des moments de prière autour de la croix.  Dans ce livre, on trouve aussi des réflexions contemporaines sur la croix.

En collaboration avec l’Office de Catéchèse du Québec, le bureau national de la 17e JMJ a aussi préparé un livre de préparation spirituelle pour les groupes se préparant à vivre l’événement de Toronto.  Ce livre, “Sel et Lumière”, consiste en divers parcours de foi pour jeunes chrétiens.  Ce livre inclut des réflexions bibliques, des témoignages de jeunes, des présentations de l’enseignement de l’Église, des extraits des messages du St-Père, et des méditations sur l’eucharistie, la réconciliation et la justice sociale.

Les grandes étapes de la programmation

Les Journées d’accueil en diocèse sont une occasion de rencontrer une Église locale pour échanger avec elle et apprendre à ce contact l’inculturation de l’Évangile dans un  milieu spécifique.  D’un océan à l’autre du Canada, les diocèses se préparent à ouvrir leurs coeurs, leurs églises et leurs maisons pour accueillir les pèlerins qui pourront goûter la diversité du pays, ses grands espaces et l’hospitalité de leurs hôtes.

L’archidiocèse de Toronto accueillera les jeunes du monde au parc de l’Exposition, au cœur de la cité de Toronto au début des célébrations de la 17e JMJ.  Le cardinal Ambrozic proclamera l’Évangile au cœur d’une cité moderne.  Plusieurs activités qui suivront au cours de la semaine se dérouleront dans ce Parc situé sur le bord du lac Ontario, au cœur de la cité.

Les catéchèses à Toronto seront présentées par des évêques du monde entier dans plusieurs langues. Les catéchèses reprendront le thème de la Journée Mondiale de la Jeunesse, « Vous êtes le sel de la terre...  Vous êtes la lumière du monde », et le thème de St-Paul dans sa 2e lettre aux Corinthiens : « Réconcilliez-vous en Dieu » (II Cor. 5, 20).

Le Festival de la Jeunesse “au coeur d’une ville multiculturelle et pluriconfessionnelle” permettra aux participants d’enrichir leur connaissance de l’Église et des différentes cultures par le biais de forums,
d’animations musicales et théâtrales.

Le chemin de la croix partira de l’hôtel de Ville de Toronto pour longer une des rues principales de la ville : University Avenue, passant près des hôpitaux, du Palais du Justice, de l’Assemblée Législative, pour se terminer au Musée Royal de l’Ontario.  Le chemin de la croix nous permettra d’être en communion avec le Christ qui continue de souffrir dans ses frères et sœurs.

Samedi le 27 juillet, à la fin de la célébration eucharistique du matin, les pèlerins seront envoyés en pèlerinage au parc Downsview pour rencontrer le pape.  Cette marche nous fera prendre conscience que nous sommes un peuple en marche vers le Royaume de Dieu.

La célébration de la 17e Journée Mondiale de la Jeunesse

La Vigile de prière permettra de mettre en valeur symboliquement le thème de la JMJ, « Vous êtes la lumière du monde ».  Cette prière sera inspirée de la Liturgie des Heures et comprendra des témoignages de jeunes des quatre coins du monde.  Alors que le jour baisse, nous avons besoin de la Lumière du Christ pour éclairer nos ténèbres.

Le 28 juillet 2002, au parc Downsview, les jeunes et le Pape, ensemble,  célèbreront Celui qui nous permet d’être sel de la terre et lumière du monde.  Ce grand rassemblement qui célèbre la jeunesse de l’Église est présidé par le Pape, premier pasteur de l’Église.  Avec les cardinaux, les évêques, les prêtres et les jeunes, le Pape raffermira la foi des jeunes et les encouragera à aller en mission pour être sel de la terre et lumière du monde. Il priera avec eux pour que leurs gestes et paroles apportent au monde une saveur d’Évangile et qu’ils soient ainsi un reflet de Jésus, lumière du monde.


Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048

 

Mise à jour le Lundi, 14 Août 2006  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
Cover Page Unity of Life and Love FR
OCCDP Automne 2017
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk5

Les couleurs du site web représentent les symboles héraldiques officiels des évêques. La couleur verte correspond au "chapeau de sinople" (chapeau ecclésiastique) et aux six glands (de chaque côté) qui forment les tenants et le cimier des armoiries de chaque évêque tandis que l'or représente la croix processionnelle. Plus d'info...