image15.jpg

Débat à l'ONU sur le clonage : Lettre du président de la CECC au ministre fédéral Bill Graham

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

(Cette lettre a été envoyée le 24 septembre 2003)

L’honorable Bill Graham
Ministre des Affaires étrangères
Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international
Édifice Lester B. Pearson, Tour A, 10e étage
Ottawa, ON
K1A 0A6

Objet : La 58e Assemblée générale des Nations Unies


Monsieur le Ministre,

Selon nos informations, le débat sur le clonage reviendrait au premier plan cet automne, lors de la reprise des travaux de la 58e Assemblée générale des Nations Unies à New York. Nous comprenons qu’à cette occasion, la délimitation du mandat du groupe de travail chargé de préparer une convention internationale sur l’interdiction du clonage humain, sera discutée. Il sera alors décidé si l’on doit élaborer un projet qui interdise seulement le « clonage reproductif » ou un projet qui bannisse également le « clonage thérapeutique ».

Étant donné le soutien actif du Canada dans les travaux des Nations Unies et comme le Gouvernement fédéral, depuis les dix dernières années, est largement engagé dans l’élaboration de projets de loi visant à légiférer en matière de techniques de reproduction et de génétique, nous assumons que le Canada prendra part à ces discussions.

La différence entre le « clonage reproductif » et le « clonage pour la recherche », aussi appelé « clonage thérapeutique », provient seulement du but visé par le procédé; le clonage d’un être humain implique toujours la production d’un embryon. Tout comme l’indiquait le Dr Léon R. Kass, un bioéthicien, dans un article du New York Times, le 24 janvier 2003 : « Tout clonage humain tire son origine du même événement : la production d’un embryon humain cloné. Le clonage dans le but de produire des enfants impliquerait l’implantation et le développement de tels embryons dans le corps d’une femme, jusqu’à la naissance; alors qu’au contraire, le clonage à des fins de recherche biomédicale, implique la dissection de ces embryons pour obtenir des cellules souches… ». (traduction)

Le clonage à des fins de recherche implique la création d’embryons dans le but d’une expérimentation et finalement de leur destruction pour obtenir des cellules souches. De surcroît, si le « clonage reproductif » était prohibé, les embryons clonés à des fins de recherche seraient alors réclamés pour être détruits. Le clonage humain sous toutes ses formes devrait être interdit parce qu’il porte atteinte à la dignité et à l’intégrité de la vie humaine et de la procréation.

L’intention d’interdire toutes les formes de clonage a été affirmée par le gouvernement fédéral depuis le plus récent processus législatif avec le dépôt d’un avant-projet de loi en mai 2001. Lors de la deuxième lecture du projet de loi C-13, Loi concernant la procréation assistée, la Ministre de la Santé, l’honorable Anne McLellan, disait de ce projet de loi qu’il : « proscrivait la création de clones humains à des fins de reproduction ou de recherche » (traduction). Au nom de la Conférence des évêques catholiques du Canada, je vous invite instamment à réaffirmer cette orientation lors de vos réunions à New York et à travailler de telle sorte que toutes les formes et les techniques de clonage d’êtres humains soient internationalement et explicitement interdites.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le ministre, l’expression de mes sentiments respectueux.


+Jacques Berthelet, C.S.V.
Évêque de Saint-Jean-Longueuil
Président de la Conférence des évêques catholiques du Canada


Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048

 

Mise à jour le Vendredi, 11 Août 2006  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
gendron noel 2017

PrayerWeek_FR
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk2

Selon Statistiques Canada le nombre de catholiques atteint presque 13 millions ou 44 pour cent de la population totale du pays.

Selon Statistiques Canada le nombre de catholiques atteint presque 13 millions ou 44 pour cent de la population totale du pays.