image9.jpg

L'OCVF demande aux pharmaciens de révéler à leurs clientes l'effet abortif potentiel de la pilule du lendemain

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

Monsieur Garth McCutcheon
Président
Association des pharmaciens du Canada
1785 Promenade Alta Vista
Ottawa (Ontario)
K1G 3Y6

Monsieur le Président,

Nous apprenons avec inquiétude que votre association soutient vivement l’accès sans ordonnance médicale au lévonorgestrel, communément appelé « pilule du lendemain » ou « contraception d’urgence ».

Tout en reconnaissant et en appréciant le rôle important que jouent les pharmaciens auprès des Canadiens, qu’ils renseignent de façon très opportune sur une variété de problèmes de santé, nous restons très préoccupés face à cette pilule. D’abord parce que les médias et votre communiqué de presse ont à peine effleuré ses propriétés abortives. Et ensuite parce qu’il ne semble pas exister de système qui permettrait d’en contrôler l’usage fréquent.

Votre communiqué de presse du 13 mars 2004 vante le potentiel de cette pilule, qui « offre la possibilité de réduire nettement l’incidence des grossesses non désirées et le nombre des avortements ». L’information fournie par Santé Canada contraste avec la vôtre; elle indique que la pilule empêche la conception en entravant l’ovulation ou en prévenant l’implantation de l’ovule fécondé lorsque la conception a déjà eu lieu. Dans une déclaration datée du 16 juin 2003, la Direction des produits thérapeutiques indique que les contraceptifs hormonaux d’urgence agissent principalement en inhibant l’ovulation, et/ou en altérant le transport du sperme et/ou de l’ovule dans les trompes de Fallope (inhibant ainsi la fertilisation), et/ou en altérant l’endomètre (inhibant ainsi l’implantation).

La science génétique démontre clairement que la vie humaine commence dès la conception et non au moment de l’implantation. Selon nos informations, il est impossible de déterminer dans chaque cas particulier si la pilule a eu un effet contraceptif ou abortif. Les femmes qui acceptent que la vie commence au moment de la conception refuseraient de prendre cette pilule si on les renseignait sur son potentiel abortif. On ne peut que s’imaginer leur réaction si elles en venaient à découvrir par la suite ce potentiel abortif.

Nous apprécierions que votre association s’engage à ce que, advenant une décision de Santé Canada de rendre la « pilule du lendemain » disponible sans ordonnance médicale partout au pays, vos membres voient à informer les femmes du fait qu’elle a le potentiel de provoquer un avortement.

Notre seconde préoccupation découle d’une autre information fournie par la Direction des produits thérapeutiques dans sa déclaration de juin. On y lit en effet « que l’accroissement du risque de crise cardiaque et d’accident vasculaire cérébral demeure improbable pendant l’utilisation de courte durée du lévonorgestrel comme moyen de contraception d’urgence ». Tout en présumant que vous mettrez vos clientes en garde contre l’utilisation régulière ou à long terme de cette pilule, nous nous demandons quelles précautions votre association entend prendre pour protéger les femmes, et particulièrement les adolescentes - qui peuvent facilement aller de pharmacie en pharmacie - contre l’utilisation répétée de contraceptifs d’urgence.

Nous aimerions enfin connaître la position de votre Association quant à la liberté de conscience et de religion des pharmaciens et pharmaciennes qui préfèrent ne pas distribuer cette pilule.

C’est avec intérêt que nous lirons votre réponse à nos préoccupations. Nous savons pouvoir compter sur votre professionnalisme et espérons que ces quelques réflexions vous permettront de mieux saisir notre perspective face à la contraception d’urgence. Peut-être serez-vous intéressé de savoir que notre Bureau de direction compte deux travailleurs de la santé et deux spécialistes de la bioéthique.

Sincèrement,


† Pierre Morissette
Évêque de Baie-Comeau
Président de l’OCVF

Autres Liens :

 


Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048
Mise à jour le Jeudi, 27 Juillet 2006  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
Cover Page Unity of Life and Love FR
OCCDP Automne 2017
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk3

Le diocèse le plus ancien au Canada est l’archidiocèse de Québec, établi en 1674. Monseigneur François de  Laval fut le premier évêque.