image46.jpg

Lettre à la ministre de la Coopération internationale Inquiétudes vives devant la suppression de subventions gouvernementales à des ONG canadiennes

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

L’Honorable Aileen Carroll
Ministre de la Coopération internationale
Agence canadienne de développement international
200, promenade du Portage
Gatineau, Québec
K1A 0G4

Télécopieur: (819) 953-6088

Chère Madame Carroll,

Dans le contexte de l’annonce du 22 février 2005 où l’Agence canadienne de développement international allait suspendre indéfiniment le versement des subventions destinées à de nombreuses organisations non gouvernementales (ONG) canadiennes dans le cadre du Mécanisme de projets ONG et du Programme d’environnement et de développement durable, je tiens à vous exprimer les vives inquiétudes des évêques canadiens. Il nous est très difficile de voir en quoi une telle mesure peut contribuer à accroître les efforts faits par le Canada pour éradiquer la pauvreté dans les pays du Sud.

Votre décision aura des répercussions négatives pour plusieurs petites ONG qui agissent au sein de la communauté catholique canadienne. Plusieurs des ONG et des organisations de la société civile affectées par ces coupures se trouvent dans les régions de l’Ouest et de l’Atlantique. Le gouvernement canadien ne voudra sûrement pas brider, de manière délibérée, les possibilités d’engagement dans les domaines de l’éducation au développement international, de la collecte de fonds et des activités de solidarité pour les Canadiennes et les Canadiens résidant à l’extérieur du triangle Toronto-Ottawa-Montréal.

L’admirable réaction au tsunami, survenu en Asie, a bien montré que le public canadien exige de son gouvernement qu’il fasse plus et mieux pour relever les défis que posent à la communauté mondiale le développement et les secours d’urgence. Les évêques du Canada sont convaincus que notre gouvernement devrait consacrer davantage de ressources, et non pas moins, à l’aide au développement. Nous nous réjouissons de l’engagement qu’ont pris publiquement les chefs des différents partis représentés à la Chambre des communes en promettant de consacrer à l’aide au développement international au moins 0,7 pour cent du Produit national brut – mais nous avons été déçus de constater que l’augmentation des crédits de l’ACDI dans le récent budget fédéral ne permettra même pas au Canada d’atteindre la moitié de cet objectif. Avec l’annonce ultérieure de coupures aux dépens des petites ONG canadiennes, votre gouvernement semble vouloir signifier aux bénévoles de ces organisations comme aux citoyennes et aux citoyens qui les appuient que leurs efforts et leur ingéniosité à recueillir des fonds ne sont pas appréciés à leur juste valeur.

Madame la Ministre, nous ne nous opposons certes pas aux efforts que vous faites pour accroître l’efficacité de l’aide au développement international. Nous comprenons que vous procédiez à une évaluation de la Direction générale concernée. Pareille initiative, louable en elle-même, n’a pas toutefois à entraîner la suspension immédiate du financement de projets dans le Sud, et elle aurait avantage à inclure la possibilité de recourir aux conseils provinciaux existants pour débourser les 15 millions de dollars actuellement investis dans ces régions. Nous espérons que l’évaluation des activités de l’ACDI accordera la priorité à l’efficacité sur le terrain et à la capacité de mobilisation du public canadien (notamment par le travail d’éducation et par la collecte de fonds) autant qu’à l’examen des économies que pourrait réaliser votre ministère.

Nous apprécions l’occasion qui nous est donnée de vous exprimer notre préoccupation, et nous vous saurions gré de nous informer de la solution qui sera apportée à une situation qui ne laisse pas d’inquiéter. Par ailleurs, nous formulons des vœux et nous offrons des prières pour le succès des efforts que vous faites afin de guider notre pays vers l’atteinte des Objectifs de développement du Millénaire et d’accroître l’engagement des Canadiennes et des Canadiens à relever les défis qui se posent à notre monde en matière de développement.

Veuillez agréer, Madame la Ministre, l’assurance de mes sentiments distingués.


+ Mgr Blaise Morand
Évêque de Prince Albert
Président de la Commission épiscopale des affaires sociales


Source : Sylvain Salvas
Directeur du Service des communications
Conférence des évêques catholiques du Canada
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Tél. : (613) 241-9461
Téléc. : (613) 241-9048

 

Mise à jour le Mercredi, 26 Juillet 2006  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
Cover Page Unity of Life and Love FR
OCCDP Automne 2017
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk1

Monseigneur Vincent Nguyen est devenu le premier évêque canadien originaire de l'Asie orientale. Son arrière grand-père est un martyre vietnamien.