image17.jpg

Réaction de l’Organisme catholique pour la vie et la famille à l’adoption du projet de loi C-38

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

L’Organisme catholique pour la vie et la famille (OCVF) tient à dire sa déception et sa grande inquiétude face à l’adoption du projet de loi C-38 par la Chambre des Communes, le 28 juin 2005.

 

Déception, d’abord,  d’avoir vu le Comité législatif chargé de consulter les Canadiennes et Canadiens à ce sujet remettre son rapport à peine 48 heures après avoir entendu le dernier témoin invité à se présenter pour une audience; cela en dit long sur l’intérêt accordé aux propos des personnes et des groupes venus de bonne foi exposer leurs préoccupations et proposer des amendements valables au projet de loi C-38. L’OCVF s’inquiète ensuite de l’impact négatif que ne peut qu’entraîner pareille redéfinition du mariage sur la société canadienne.

 

Nous nous tournons donc vers les membres du Sénat dans l’espoir qu’ils freineront l’actuel processus politique qui entraîne notre pays dans une voie contraire à l’intérêt public.

 

Le bien commun exige en effet que la loi canadienne maintienne la définition naturelle et historique du mariage. Qu’elle reconnaisse la valeur unique du mariage entre un homme et une femme qui vivent une relation fondée sur l’amour don de soi, l’ouverture à l’autre et la complémentarité aux plans sexuel, psychologique et symbolique. Ce type d’union mérite une reconnaissance particulière et la protection de l’État parce qu’il sert le bien de la société par son potentiel naturel d’engendrer de nouveaux citoyens.

 

Nous sommes aussi très préoccupés par l’absence de considération de ce projet de loi pour les besoins des enfants canadiens, pour qui l’idéal est d’être élevés par un père et une mère. Faut-il le rappeler? Les enfants ont le droit de connaître leurs parents biologiques et d’être éduqués par eux. On connaît la souffrance de beaucoup d’entre ceux qui sont privés de cette possibilité. Père et mère jouent auprès de leurs enfants des rôles différents et complémentaires. Cette complémentarité ainsi que l’interaction éducative du père et de la mère sont cruciales dans le processus de croissance de l’enfant et la structuration de sa personnalité.

 

Si le projet de loi C-38 devient loi, certains enfants grandiront en compagnie de deux partenaires de même sexe, tandis que d’autres, élevés par un père et une mère, se verront proposer à l’école et dans l’ensemble de la société une vision du mariage contraire à la nature des choses.

Cette distorsion de l’institution naturelle du mariage, inscrite dans le projet de loi C-38, aura un impact négatif sur toutes les familles. Inquiétante perspective lorsque l’on sait que « l’avenir de l’humanité passe par la famille », selon les mots du pape Jean-Paul II.

 

La société ayant pour fondement la famille, sa santé et sa stabilité dépendent de la santé et de la stabilité des familles qui la composent. Or, les statistiques canadiennes démontrent que la relation de l’homme et de la femme engagés dans le mariage est la base la plus solide de la famille.

 

Enfin, malgré les amendements apportés par la Chambre des Communes au texte original du projet de loi C-38, nous demeurons extrêmement inquiets par rapport aux libertés de conscience, de religion et d’expression des parents, des enseignants, des prédicateurs et de tous les citoyens canadiens qui ne partagent pas la vision du mariage que le gouvernement semble décidé à imposer à l’ensemble de la société. Nous craignons qu’ils soient victimes de discrimination et de poursuites judiciaires indues lorsqu’ils voudront éduquer, enseigner et prêcher en accord avec leur foi et leur conscience.

 

Pour toutes ces raisons, l’OCVF demande avec insistance aux membres du Sénat de proposer des amendements au projet de loi C-38 pour contrer l’érosion dramatique de l’institution matrimoniale au Canada en préservant sa définition historique comme norme sociétale.

 

 

Le Conseil d’administration de l’OCVF

 


Source : Michèle Boulva
Directrice
Organisme catholique pour la vie et la famille
Tél. : (613) 241-9461, poste 141
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Mise à jour le Mercredi, 26 Juillet 2006  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
Cover Page Unity of Life and Love FR
OCCDP Automne 2017
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk2

Selon Statistiques Canada le nombre de catholiques atteint presque 13 millions ou 44 pour cent de la population totale du pays.

Selon Statistiques Canada le nombre de catholiques atteint presque 13 millions ou 44 pour cent de la population totale du pays.