image5.jpg

Message de Noël de Mgr V. James Weisgerber, archevêque de Winnipeg et président de la Conférence des évêques catholiques du Canada

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

weisgerber.jpgLa pauvreté, tant matérielle que financière, ne constitue certes pas une bénédiction.  Pourtant, ce sont souvent les personnes les plus dépourvues au plan financier qui font preuve du plus grand attachement envers Dieu, qui partagent le plus généreusement leurs biens avec autrui et qui sont les plus confiantes en l’avenir.  Quoique les richesses matérielles visent d’abord à assurer notre bien-être, trop souvent elles nous bercent d’illusions, elles détournent notre regard de ceux et celles qui sont dans le besoin, et elles ébranlent notre confiance en la toute-puissance et la bonté de Dieu.  Pire encore, elles peuvent nous empêcher de voir que les pires formes de pauvreté ne sont pas celles qui ont trait à l’absence de richesses ou de possessions, mais à un manque de dignité, d’accueil et d’amour. 

Les bergers qui nous sont présentés dans le récit de Noël étaient des pauvres dans le véritable sens du terme. Ils étaient à court de biens et leur travail était périlleux : ils vivaient en pleine nature, ils étaient exposés aux éléments et ils étaient exclus de la société.  À l’époque où notre Sauveur est né, les bergers étaient considérés comme extérieurs à la religion et la société, étant donné que leur manière de vivre les empêchait de faire partie de la communauté et de se plier aux exigences entourant la pureté rituelle et les pratiques de dévotion religieuse.

Le temps de Noël nous donne l’occasion de porter une plus grande attention aux « bergers » qui sont autour de nous : les pauvres, les sans-abri, les sans-emploi, les exclus de la société, les personnes vulnérables.  Plusieurs d’entre nous ont été touchés par la crise économique actuelle. Tous, nous sommes davantage en mesure de constater que la pauvreté infantile, la marginalité, la clochardise et la dépendance aux banques d’alimentation sont de plus en plus visibles.  Un peu plus tôt cette année, M. Phil Fontaine, Chef national de l’Assemblée des Premières nations, a invité les évêques catholiques de notre pays, de même que tous les fidèles, à entreprendre un nouveau partenariat avec les Peuples autochtones afin de combattre la pauvreté qui les afflige.  L’organisme de coopération internationale Développement et Paix nous rappelle que la situation économique actuelle a aggravé les conditions de pauvreté dans les pays en voie de développement.  Quoique la pauvreté des Premières nations et des pays du Sud soit odieuse, il est encore pire de constater la pauvreté des cœurs humains qui restent indifférents face à une telle misère.

Noël nous amène à porter un regard sur la pauvreté qui existe dans chacun de nos cœurs, de nos maisons, de notre voisinage et de notre monde.  La nouvelle vie qui nous est donnée en Jésus Christ commande de notre part une plus grande générosité, en partageant avec les autres ce que nous nous sommes et ce que nous avons.  Le fait de remémorer et de célébrer la naissance de Jésus nous donne de redécouvrir les merveilleux trésors que nous possédons : le cadeau de la vie, de même que la foi en ce cadeau et en Celui qui nous l’a donné.  La meilleure façon de partager ce cadeau est à la fois la plus simple et la plus appréciée : une parole d’accueil, une main tendue, un sourire de réconfort, une oreille attentive, une attitude de respect, un cœur généreux.

Les bergers ont été éblouis et remplis d’étonnement par ce qu’ils ont vu. Ils n’ont pas simplement découvert un enfant né dans des conditions d’extrême pauvreté, ils ont aussi découvert l’étonnant mystère de la vie humaine.  Dans leur propre vulnérabilité et pauvreté, ils ont fait l’expérience de la présence divine. Dans le don de la vie, ils ont vu la gloire de Dieu et ils ont entendu le chant des anges.

En union avec mes frères évêques à la grandeur du Canada, je prie pour que cette fête de Noël soit pour tous un moment de grâce.  Puisse-t-elle ouvrir les esprits et les cœurs; donner un nouvel élan à la charité, la solidarité et la justice; permettre que nous reconnaissions tous nos propres faiblesses et notre propre vulnérabilité; et manifester au milieu de nous la présence et la toute-puissance de Dieu.

Et puissent la compassion, le sens du partage et le courage que nous observons en cet Enfant couché dans une mangeoire nous conduire à une plus grande confiance, à une générosité renouvelée, et à une plus grande espérance.

Je vous souhaite un très joyeux Noël!


+ V. James Weisgerber
Archevêque de Winnipeg
Président de la Conférence
des évêques catholiques du Canada

Mise à jour le Mardi, 20 Octobre 2009  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
Cover Page Unity of Life and Love FR
OCCDP Automne 2017
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk1

Monseigneur Vincent Nguyen est devenu le premier évêque canadien originaire de l'Asie orientale. Son arrière grand-père est un martyre vietnamien.