image43.jpg

Lettre du président de la CECC au Premier ministre Stephen Harper, pressant le gouvernement fédéral de concentrer son attention sur les besoins en soins palliatifs au Canada

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

Le très honorable Stephen Harper, P.C., M.P.
Premier ministre du Canada
Cabinet du Premier ministre
80, rue Wellington
Ottawa, Ontario
K1A 0A2


Monsieur le Premier ministre,

Au cours des prochains mois, les questions portant sur la fin de vie feront partie des débats et sujets politiques canadiens de premier plan. Une fois de plus, la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) presse les dirigeants politiques et sociaux de s’assurer que l’on emploie des termes dont les définitions sont claires et comprises par tous afin que les discussions puissent avoir un caractère précis et être efficaces.

Par ailleurs, en dépit de la couverture médiatique qui continuera, sans nul doute, à se concentrer sur l’euthanasie et le suicide assisté, nous vous incitons à porter votre attention sur les mesures positives qui peuvent être adoptées afin d’assurer à tous les Canadiens et Canadiennes des possibilités de soins palliatifs véritablement imprégnés de compassion.

Le projet de loi C-384, Loi modifiant le Code criminel (droit de mourir dignement), déposé en mai 2009 par Madame Francine Lalonde, a lancé une nouvelle série de discussions sur les choix de fin de vie. Durant ces derniers mois, ce sujet controversé a été ravivé par les discussions nationales et internationales, en particulier par la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité de l’Assemblée nationale du Québec qui a entamé une enquête sur l’euthanasie et le suicide assisté aux mois de février et mars 2010 en vue de procéder à une consultation populaire au cours de l’automne prochain.

Tandis que ce débat gagne en intensité, nous voudrions vous inviter à porter votre attention sur la question plus pressante des soins palliatifs. Bien que les ressources soient disponibles dans notre pays pour permettre à chacun de mourir avec l’assurance de recevoir un soutien et des soins physiques, psychologiques, sociaux, spirituels et matériels, la plupart des Canadiens, spécialement ceux des zones rurales et beaucoup de ceux des petites collectivités urbaines, n’ont pas accès à des soins appropriés au cours de leurs derniers mois, semaines ou jours de vie.

En 2005, dans son rapport sur l’avancement des travaux concernant les soins palliatifs, intitulé « Nous ne sommes pas au bout de nos peines », la sénatrice Sharon Carstairs soulignait l’urgence d’un leadership fédéral dans ce dossier, indiquant que, selon les estimations, « il n’y a pas plus de 15% des Canadiens qui ont accès à des soins palliatifs dans des établissements appropriés » et que, « pour les enfants, ce chiffre tombe à 3,3% ». Commentant ceci de manière plus détaillée lors d’un exposé au Collège St. Michael de l’Université de Toronto, elle a ajouté que « tant que chaque Canadien n’obtient pas la garantie de recevoir des soins de fin de vie de qualité de telle manière qu’il (ou elle) dispose de la possibilité légitime de choisir… on ne peut pas entamer le débat [sur l’euthanasie]. Nous n’en sommes pas encore là, et nous avons encore beaucoup de chemin à faire ».

Si le Parlement devait choisir de légaliser l’euthanasie et le suicide assisté avant de s’assurer que tous les citoyens et citoyennes du Canada aient accès aux soins palliatifs, notre gouvernement ne leur permettrait pas de faire un choix réellement libre. Au contraire, beaucoup de nos concitoyens les plus vulnérables se sentiraient contraints de demander l’euthanasie ou le suicide assisté en dernier recours parce que notre société ne leur offrirait pas les soins élémentaires.

Pour répondre aux besoins fondamentaux et aux inquiétudes de leurs sœurs et frères canadiens, les évêques catholiques du Canada n’ont cessé d’encourager les efforts de promotion des soins palliatifs aux plans national, provincial et communautaire, autant au sein des institutions de soins professionnels qu’en milieu familial et avec l’aide du secteur pharmaceutique.

C’est pourquoi la Conférence des évêques catholiques du Canada appuie l’initiative sur les soins palliatifs proposée en octobre 2009 par le Dr José Pereira, chef des soins palliatifs aux Soins continus de l’institut Bruyère d’Ottawa. Nous nous joignons au Docteur Pereira pour encourager le gouvernement à consacrer 20 millions $ au développement d’un système de soins palliatifs. Nous sommes convaincus que l’adoption d’une stratégie nationale sur les soins palliatifs et les soins de fin de vie profiterait à notre pays tout entier en répondant avec compassion à tout l’éventail des besoins qu’éprouvent les personnes lorsqu’elles sont confrontées à la fin de la vie, tout en respectant leur dignité et leur valeur intrinsèques.  Nous sommes fermement convaincus que chaque personne a droit à des soins palliatifs, c’est-à-dire des soins qui permettent aux patients et à leurs familles de faire l’expérience des défis uniques et des joies inattendues que présentent les dernières étapes de la vie.

La Conférence des évêques catholiques du Canada est persuadée que notre pays est capable de procurer à ses citoyens des soins de fin de vie qui respectent leur vie et reconnaissent l’inviolabilité de chaque vie humaine. Nous espérons voir le jour où tous les Canadiens et Canadiennes recevront les soins qu’ils méritent au moment où ils préparent leur ultime voyage. Nous croyons aussi que le gouvernement fédéral doit jouer un important rôle de leadership afin de s’assurer que ces soins sont disponibles.

Nous vous remercions de l’attention que vous accorderez à notre demande. Nous attendons de connaître la manière dont votre gouvernement favorisera une interprétation commune de la terminologie de base relative aux questions de l’euthanasie et du suicide assisté, et la façon dont vous soutiendrez également le développement d’un système de soins palliatifs dans notre pays.

Dans cette attente, je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier ministre, mes salutations très distinguées.

+ Pierre Morissette
Évêque de Saint-Jérôme
Président
Conférence des évêques catholiques du Canada

 
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
Cover Page Unity of Life and Love FR
OCCDP Automne 2017
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk1

Monseigneur Vincent Nguyen est devenu le premier évêque canadien originaire de l'Asie orientale. Son arrière grand-père est un martyre vietnamien.