image45.jpg

Commentaires de Mgr Pierre Morissette, président de la CECC prononcés lors de l’Assemblée générale de la Conférence religieuse canadienne

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

Chers Frères et Sœurs dans le Christ,

C’est avec un grand plaisir que je me retrouve parmi vous comme représentant de la Conférence des évêques catholiques du Canada invité à votre Assemblée générale.

Le secrétaire général, Mgr Patrick Powers, et moi-même avons été très heureux de passer un peu de temps en votre compagnie.  Malheureusement, chacun de nous a été obligé de s’absenter en diverses circonstances, bien qu’à des moments différents.

Notre présence à cette réunion nous a donné à tous les deux la possibilité de participer à vos discussions et de vous écouter ; ce fut en outre une excellente occasion de rencontrer beaucoup d’entre vous et de dialoguer.

Mgr Pat et moi-même avons apprécié ces temps de réflexion, de prière et de conversation avec vous.

La vie religieuse a joué un rôle de première importance dans la vie de l’Église au Canada. Ce fut certainement vrai dans le passé et je suis convaincu que cela demeurera vrai dans l’avenir.

Dans son homélie des Vêpres du 2 février 2010, à l’occasion de ce qui est devenu la journée annuelle de la vie consacrée dans l’Église universelle, le pape Benoît XVI disait :

« Les personnes consacrées sont appelées d'une façon particulière à être des témoins de cette miséricorde du Seigneur, dans laquelle la personne humaine trouve son salut..... Les personnes consacrées font l'expérience de la grâce, de la miséricorde, et du pardon de Dieu non seulement pour elles-mêmes, mais aussi pour leurs frères et sœurs en étant appelées à porter dans leur cœur et dans la prière les angoisses et les attentes des êtres humains, spécialement de ceux et celles qui sont loin de Dieu ».

Depuis un an environ, si je ne me trompe, la CRC a entrepris une série de réflexions sur la vie religieuse. J’espère que les réflexions de toute l’Église sur la vie religieuse, de même que sur la prêtrise durant l’Année sacerdotale qui est en cours, permettront aux Catholiques d’approfondir considérablement leur reconnaissance et leur compréhension envers les contributions et les remarquables formes de service dont la communauté des croyants a besoin et qu’elle reçoit à travers le sacerdoce et la vie consacrée.

Inspiré par ces réflexions qui sont déjà en cours et par les propos du Saint-Père que je viens de citer sur la vie consacrée, j’apprécierais, au cours des prochains mois, de recevoir votre aide dans quatre domaines particuliers.

Le premier est le besoin continu et urgent d’encourager les vocations à la vie consacrée et au sacerdoce. Bien sûr, ces efforts ont déjà été stimulés par le Congrès nord-américain de 2002 sur les vocations.

Alors que nous approchons du dixième anniversaire de ce Congrès, il me paraît opportun de réexaminer et de renouveler le suivi et les plans que nous avions tous établis à l’époque, et d’accomplir de nouveaux efforts pour encourager les vocations.

Deuxièmement, les évêques du Canada sont convaincus que l’Encyclique Caritas in Veritate fournit une occasion exceptionnelle de renouveler et renforcer notre engagement commun en faveur de la justice. 

Nous avons besoin, dans l’Église, d’organismes spéciaux qui sont consacrés aux activités caritatives et à la justice.

Je voudrais donc inviter la CRC elle-même, mais aussi vos communautés religieuses respectives, à trouver des moyens de renforcer la prise de conscience de l’importance de cette Encyclique et aussi d’aider l’Église du Canada à appliquer les principes mis de l’avant par l’Encyclique à nos propres structures, spécialement à celles qui concernent la justice sociale et les activités caritatives.

Troisièmement, nous sommes tous particulièrement préoccupés par l’avenir d’Haïti au moment où ce pays lutte pour se relever des terribles destructions causées par le tremblement de terre de janvier 2010.

Je voudrais inviter votre Conférence à collaborer avec la CECC en vue de rechercher et de discuter avec nos frères et sœurs haïtiens les moyens par lesquels nous pouvons les aider à reconstruire leur pays et aussi l’Église qui a été durement affectée.

Il me paraît important de nous assurer qu’au cours des prochaines semaines et prochains mois, il y ait des échanges d’information entre les Conférences épiscopales et religieuses de toute l’Amérique latine et  de l’Amérique du Nord.

Que l’on examine avec soin le niveau de coordination nationale qui serait approprié, à tout le moins pour les réponses d’urgence et les projets de reconstruction qui sont parrainés par chaque pays.

De mon côté, j’apprécierais qu’au Canada la CECC, la CRC et Développement et Paix participent à des discussions.

Vous noterez que deux des invitations que je vous adresse aujourd’hui –collaborer avec la CECC et les diocèses du Canada afin de mettre un accent particulier sur Caritas in Veritate et aider à reconstruire Haïti– impliqueront aussi des conversations et une collaboration avec l’Organisation catholique canadienne pour le développement et la paix.

Les évêques du Canada considèrent que le moment présent constitue une occasion importante de collaborer avec D&P au renouvellement de son mandat, de sa mission et de ses services.

En conclusion, je voudrais vous faire part, au nom de tous les évêques du Canada, de notre profonde gratitude pour les généreuses contributions qu’apportent la CRC comme telle et toutes les communautés religieuses qui en font partie.

Je suis particulièrement reconnaissant pour la collaboration et les échanges dont le Bureau de direction de la CECC a bénéficié, durant les dernières années, avec votre Bureau de direction et votre Conseil d’administration.

Je perçois comme un signe d’une nouvelle espérance pour l’avenir, le fait que nos conversations ont abouti à un accord unanime sur la nécessité de renforcer notre communion et notre partage, y compris des réunions structurées et un dialogue informel continu.

Ces initiatives ne doivent pas seulement impliquer nos Conférences respectives mais aussi les évêques et supérieurs majeurs personnellement, aux niveaux régional et provincial, sans parler des échanges et de la collaboration continus et vitaux entre le personnel diocésain et les religieux dans les projets ecclésiaux sociaux, pastoraux ou autres, dans tout notre pays.

Je saisis aussi l’occasion spéciale qui m’est donnée pour exprimer ma reconnaissance personnelle au Père Yvon Pomerleau, O.P., pour les généreuses contributions et la détermination qu’il a apportées, au cours des dernières années, afin de resserrer les liens entre la CRC et la CECC, de même qu’entre les évêques et les supérieurs religieux.

Je tiens à assurer à son successeur que mes frères évêques membres du Bureau de direction de la CECC, et moi-même, ferons tout ce qui sera en notre pouvoir en vue de poursuivre cet engagement renouvelé à la réflexion, aux conversations et à la collaboration entre la CECC et la CRC.

Puisse l’Esprit-Saint vous accompagner et donner à chacun d’entre vous sa force dans votre témoignage et vos engagements de chaque jour.

 


† Pierre Morissette
Évêque de Saint-Jérôme
Président
Conférence des évêques catholiques du Canada

 
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
gendron noel 2017

PrayerWeek_FR
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk3

Le diocèse le plus ancien au Canada est l’archidiocèse de Québec, établi en 1674. Monseigneur François de  Laval fut le premier évêque.