image19.jpg

Lettre de Mgr Gary Gordon au Premier ministre Stephen Harper concernant les projets du gouvernement du Canada de construire de nouvelles prisons

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon


1er octobre 2010

Au Très Honorable Stephen Harper, P.C., M.P.
Premier Ministre du Canada
80 rue Wellington
Ottawa, ON K1A 0A2

 

Monsieur le Premier ministre,


En cette période de restrictions financières imposées à d’importants services publics,  l’intention manifestée par le gouvernement du Canada et vous-même d’accroître considérablement les investissements dans la construction de nouvelles prisons, me cause la plus vive préoccupation.

Ma préoccupation est fondée sur vingt-deux années d’expérience personnelle dans l’aumônerie des prisons, en tant que membre du bureau de direction du Comité interconfessionnel de l’aumônerie du Service correctionnel du Canada et, aujourd’hui, comme évêque ponens auprès de la pastorale des prisons en qualité de représentant de la Conférence des évêques catholiques du Canada.

Les propositions de nouvelles lois fédérales auront pour effet d’envoyer en prison plus de Canadiens et pour des périodes plus longues, une stratégie qui a constamment démontré qu’elle ne dissuadait pas le crime et n’aidait pas non plus les victimes. Votre politique donne, sous forme d’emprisonnement, une réponse coûteuse aux poursuites intentées devant les tribunaux contre des personnes qui sont des délinquants non-violents ou bien des délinquants récidivistes mentalement malades ou dépendants des drogues, et dont la majorité n’est pas jugée comme présentant un risque élevé.  Ces délinquants sont, dans une proportion démesurée, pauvres et mal formés à l’apprentissage, et ils appartiennent aux groupes sociaux les plus désavantagés et les plus marginalisés. Ils ont besoin de soins, de services de santé, d’éducation, d’aide à l’emploi et au logement, toutes mesures moins onéreuses et plus humaines que l’incarcération.

Le gouvernement canadien a malheureusement adopté la croyance dans le châtiment pour le crime, qui nous impose d’abord d’isoler et de séparer le délinquant du reste de la société, aussi bien dans nos esprits que dans nos prisons. Cette séparation facilite la méconnaissance de ce qui survient par la suite : en augmentant le nombre de personnes emprisonnées pour de plus longues peines, vous réduisez leurs chances de succès lorsqu’elles sont libérées dans la société.

La vision de la justice que nous trouvons dans les Saintes Écritures est profonde. Nous sommes appelés à être des personnes en relation les unes avec les autres en dépit de nos conflits et de nos péchés, et à redevenir, grâce à l’ingénieuse créativité de l’Esprit de Dieu, une communauté d’alliances. Comment cela pourrait-il se réaliser si nous excluons automatiquement ceux que nous étiquetons comme « criminels » et si nous nous coupons d’eux ?

L’accroissement du niveau des incarcérations des personnes marginalisées est contre-productif et sape la dignité humaine dans notre société. Par opposition, la libération avec mise à l’épreuve, les possibilités de libérations sous cautions, les centres de contrôle, l’aide concrète, le logement de soutien, les programmes destinés à favoriser la responsabilité, le respect et la réparation, sont des mesures qui ont fait leurs preuves mais qui sont sous-financées. Leurs résultats se sont avérés être les mêmes ou meilleurs quant au taux de récidive, et cela pour une fraction du coût et beaucoup moins de dommage humain. 

La sécurité publique est renforcée par le biais de saines communautés qui soutiennent les personnes et les familles. Par conséquent, je sollicite respectueusement que vous modifiiez la politique de votre gouvernement en prenant en considération l’impact qu’elle aura sur les plus désavantagés, son manque d’efficacité et ses lourdes implications budgétaires.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’assurance de ma très haute considération.


Mgr Gary M. Gordon
Évêque ponens de la Conférence des évêques catholiques du Canada
auprès de la pastorale des prisons

5119 5th Avenue
Whitehorse, YT
Y1A 1L5
Tél. : 867-667-2052             


Cc Mgr Pierre Morissette, président de la
     Conférence des évêques catholiques du Canada


Lien utile:

Lettre de soutien de Mgr Roger Ébacher

Lettre du Conseil des Églises pour la Justice et la Criminologie (CEJC) au Premier ministre du Canada 

 

 
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
gendron noel 2017

PrayerWeek_FR
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk5

Les couleurs du site web représentent les symboles héraldiques officiels des évêques. La couleur verte correspond au "chapeau de sinople" (chapeau ecclésiastique) et aux six glands (de chaque côté) qui forment les tenants et le cimier des armoiries de chaque évêque tandis que l'or représente la croix processionnelle. Plus d'info...