image6.jpg

MESSAGE DE NOËL 2014

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

durocheJe rédige ce message de Noël à peine une semaine après le jour du Souvenir, marqué par la mémoire encore vive des récents assassinats de deux réservistes des Forces armées canadiennes. Cette année, Noël au Canada prendra des teintes un peu différentes, tamisées, assombries, à cause de ces événements qui ont ébranlé nos cœurs et nos esprits. Plusieurs ont affirmé que le Canada avait « perdu son innocence » en octobre 2014. Je comprends et je partage ce sentiment. Toutefois, il faut se rappeler que l'histoire canadienne a été marquée par plusieurs actes de violence sporadiques : l'enlèvement du chef Donnacona par Jacques Cartier, l'assassinat du député fédéral Thomas D'Arcy McGee, la mort violente des manifestants pendant la grève générale de Winnipeg, l'attentat à l'Assemblée nationale du Québec, le massacre à l'École Polytechnique de Montréal. Ces exemples, parmi tant d'autres, devraient dissiper nos illusions. Mais la violence n'existe pas seulement que dans notre passé. Aujourd'hui, nous sommes confrontés par la violence familiale, les crimes de gangs, les agressions sexuelles et le harcèlement en milieu de travail. Toute cette violence m'a convaincu que, malheureusement, nous ne sommes pas aussi innocents que nous aimerions le croire.

La bonne nouvelle est que Noël porte en elle une espérance inouïe, presque incroyable : que l'innocence peut être retrouvée. Dans un monde marqué par la violence, défiguré par les cicatrices causées par les guerres, les meurtres, l'exploitation et l'injustice, un enfant est né auquel on a donné le titre invraisemblable de « Prince de la paix ». Les enfants nouveau-nés nous font rêver d'innocence. Devant un enfant sans défense, nos cœurs s'attendrissent, nos passions se calment, nos songes se font plus chaleureux et charitables. Il ne suffit pas de rêver en contemplant l'enfant de Bethléem, car ce dernier nous incite à prendre une décision vers un engagement fondamental en faveur de l'amour véritable. Lui-même grandira et deviendra le prophète d'un monde nouveau où règnent la justice, la paix et la joie. Sur la croix, il confrontera la violence humaine... et il y répondra avec miséricorde et pardon, ouvrant pour le monde entier des chemins inespérés de réconciliation et de libération. Sa résurrection révélera à ses amis le sens ultime de la vie, tissée de grâce surprenante et d'un Esprit qui donne vie. Voilà le mystère que nous célébrons à Noël.

Oui, en Jésus, l'innocence peut être retrouvée, guérie et renouvelée. Chacune et chacun de nous est invité à ouvrir son cœur à cette Bonne nouvelle, à la faire sienne, à la partager avec ses parents, ses amis, son pays. Nous fêtons Noël au moment où les nuits sont les plus longues. N'est-ce pas un signe que l'innocence peut rejaillir au moment même où nous croyions l'avoir perdue? N'ayons donc pas peur de nous souhaiter un joyeux Noël. N'ayons surtout pas peur de le vivre!

+ Paul-André Durocher 
Archevêque de Gatineau
Président de la Conférence des évêques catholiques du Canada


Version PDF

Mise à jour le Mardi, 09 Décembre 2014  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
gendron noel 2017

PrayerWeek_FR
2018WeekofLifeandFamily FR
2017 Mass FR
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk3

Le diocèse le plus ancien au Canada est l’archidiocèse de Québec, établi en 1674. Monseigneur François de  Laval fut le premier évêque.