image45.jpg

Commentaire de la CECC sur les réponses aux questions du Document de préparation du Synode des évêques sur « Les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation »

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

Comme il en avait été décidé en principe par le Conseil permanent de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), et approuvé après examen par le Bureau de direction de la Conférence, une synthèse a été préparée et envoyée au Saint-Siège. Celle-ci résume les réponses obtenues des évêques et des diocèses du Canada aux questions du Document de préparation à la Troisième Assemblée générale extraordinaire du Synode des évêques, « Les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation ».

L'ampleur des consultations menées par les diocèses et la teneur de leurs réponses montrent clairement l'importance pastorale du thème choisi cette année pour l'Assemblée extraordinaire du Synode des évêques. Les consultations ne font pas seulement ressortir l'importance du mariage et de la vie familiale pour l'Église et la société, mais elles traduisent la vive appréciation de l'Église pour le témoignage et l'engagement généreux des couples mariés et des familles, en particulier dans le monde d'aujourd'hui marqué par de rapides changements sociaux et de sérieux problèmes économiques. Par ailleurs, le processus a révélé que plusieurs catholiques ne sont guère conscients du contenu positif et de la richesse de l'enseignement de l'Église sur le mariage et la famille, ce qui pourrait creuser un écart inquiétant entre la doctrine de l'Église et la pensée de nombreux catholiques. Les réponses expriment aussi le souhait que l'Église arrive à exposer son enseignement d'une manière plus efficace et qu'elle réexamine quelques aspects de sa discipline dans certains domaines.

Cette année, le Synode extraordinaire comportera une rencontre spéciale des présidents des conférences épiscopales du monde entier, ainsi que des patriarches et des archevêques majeurs des Églises orientales. Le Saint-Père a déjà indiqué que cette session sera suivie, l'an prochain, par une Assemblée ordinaire du Synode, qui réunira en fait un plus grand nombre d'évêques de partout à travers le monde afin de poursuivre la réflexion sur ces questions importantes.

Le Document de préparation signale que son questionnaire a pour but de « permettre aux Églises particulières de participer activement à la préparation du Synode extraordinaire ». En observant que « le temps à disposition est court », la lettre de présentation du Secrétaire général du Synode, Mgr Lorenzo Baldisseri, avait prié les conférences épiscopales de « choisir la voie institutionnelle et pratique la plus brève » afin de lui remettre une synthèse des réponses avant la fin du mois de janvier dernier. Selon les pratiques et les préparatifs habituels en vue de chacune des assemblées du Synode des évêques, la synthèse des réponses diocésaines préparée par la CECC a été envoyée directement au Saint-Siège sans être rendue publique. Par contre, le Secrétariat général du Synode publiera plus tard pendant l'année l'instrumentum laboris ou « document de discussion » pour la Troisième Assemblée extraordinaire, qui présentera un résumé des principaux problèmes et des principales suggestions venus du monde entier. Afin de collaborer à l'élaboration de ce document, la CECC transmettra au Secrétariat général du Synode l'ensemble des réponses qu'elle a reçues non seulement des diocèses et des évêques du Canada, mais aussi de divers autres groupes et individus du pays.

Mgr Patrick Powers, P.H.
Secrétaire général
Conférence des évêques catholiques du Canada

Le 5 février 2014


Version PDF

Mise à jour le Mercredi, 05 Février 2014  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon

PrayerWeek_FR
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk3

Le diocèse le plus ancien au Canada est l’archidiocèse de Québec, établi en 1674. Monseigneur François de  Laval fut le premier évêque.