image5.jpg

CE QUE SIGNIFIE LE TRANSFERT DES SIX DERNIERS DIOCÈSES MISSIONNAIRES DU CANADA SOUS LE DROIT COMMUN DE L’ÉGLISE

smaller text tool iconmedium text tool iconlarger text tool icon

Déclaration de Mgr Douglas Crosby, O.M.I.
Président de la Conférence des évêques catholiques du Canada

crosbyAujourd'hui, le Saint-Siège a annoncé que le pape François a transféré les six derniers diocèses missionnaires du Canada sous le droit commun de l'Église. Tout en célébrant et en accueillant ce moment historique pour l'Église de notre pays, nous devons également comprendre ce qu'il signifie pour nous.

Le Saint-Père a déjà rappelé à tous les catholiques que L'Église, missionnaire de par sa nature, a comme prérogative fondamentale le service de la charité à tous. La fraternité et la solidarité universelles sont connaturelles à sa vie et à sa mission dans le monde et pour le monde (discours aux Œuvres pontificales missionnaires, 9 mai 2014). Le rôle central et important de la vie missionnaire dans l'Église est également souligné par le Concile Vatican II : Par nature, l'Église, durant son pèlerinage sur terre, est missionnaire, puisqu'elle-même tire son origine de la mission du Fils et de la mission du Saint-Esprit, selon le dessein de Dieu le Père (Ad Gentes, Décret sur l'activité missionnaire de l'Église, no 2).

Ainsi, le Saint-Siège a toujours joué un rôle missionnaire central, et a démontré un intérêt constant à la vie missionnaire de l'Église. Il en fut bien évident au Canada avec les encouragements donnés aux Franciscains récollets, aux Augustines hospitalières et aux Sœurs Ursulines à Québec, ainsi qu'aux missionnaires jésuites en Acadie, puis à ce qui allait devenir les provinces du Québec et de l'Ontario. Nous voyons aussi l'importance que les missions du Canada ont eue pour le Saint-Siège en songeant à la nomination de saint François de Laval, premier évêque de Québec, puis, pendant les deux derniers siècles, en confiant aux Oblats de Marie-Immaculée une grande partie des missions de l'Ouest et du Nord canadiens. Ayant moi-même travaillé dans nos missions nordiques, comme prêtre et comme évêque, j'ai vu de mes yeux le service généreux et désintéressé offert par nombre de gens pendant des années et des années.

Pour aider à orienter et à soutenir les territoires missionnaires de notre pays, le Saint-Siège a encouragé des missionnaires d'autres pays à venir aider nos communautés, et a fourni une part des contributions canadiennes à la collecte annuelle du Dimanche des missions, qui est administrée par les Œuvres pontificales missionnaires. Avec le temps, les diocèses d'un bout à l'autre du pays sont devenus plus autonomes, ont été en mesure de subvenir à leurs propres besoins pastoraux, et ont même envoyé de nombreux missionnaires œuvrer à l'étranger.

Le transfert des derniers diocèses du Nord sous l'autorité du droit commun de l'Église signifie que les six évêques concernés, avec l'aide de tous les évêques et de tous les fidèles catholiques du pays, sont dorénavant pleinement responsables de la vie pastorale de leurs églises diocésaines respectives. La décision annoncée aujourd'hui fait suite à près d'un quart de siècle de planification au niveau des six diocèses du Nord, de la Conférence des évêques catholiques du Canada, des diocèses du Sud du pays et du Saint-Siège.

La mesure est rendue publique en la fête de la Conversion de l'apôtre saint Paul, le premier grand missionnaire de l'Église, celui que Notre Seigneur, après sa résurrection, a envoyé annoncer la Bonne Nouvelle aux Gentils. La proclamation de l'Évangile présente trois grandes caractéristiques – la joie de l'action de grâce, la collaboration sans réserve et le service mutuel – caractéristiques du travail missionnaire dans notre pays. En s'appuyant sur la grâce de Dieu et sur la détermination des pasteurs, des personnes dans la vie consacrée et des fidèles laïcs, la vie de l'Église du Nord et de tout notre pays continuera d'être caractérisée par la joie, la reconnaissance, la collaboration généreuse et le service mutuel.

Comme catholiques, nous amorçons une nouvelle étape de notre histoire et de notre développement, dont la semence a été mise en terre il y a bien longtemps. Les évêques du Canada sont extrêmement reconnaissants à la population autochtone qui a partagé ses richesses culturelles et spirituelles avec l'Église et avec l'ensemble de la société canadienne, et aux communautés et aux nombreuses personnes parmi les Premières Nations, les Métis et les Inuit qui sont aujourd'hui des témoins vivants de l'appel de Notre Seigneur à la miséricorde, à la guérison et au pardon. Nous voulons aussi remercier Mission chez nous et Catholic Missions in Canada qui aident à répondre aux besoins de l'Église de notre pays, notamment dans le Nord. Nous apprécions vivement la collaboration généreuse et même héroïque de tant de prêtres, de religieuses et religieux et de laïcs qui exercent depuis des années le ministère pastoral, éducatif et social de l'Église dans les régions nordiques.

Maintenant, cependant, il nous faut tous ensemble poursuivre nos efforts et trouver de nouvelles façons d'assurer notre présence et notre service dans le Nord du Canada. Comme en a décidé l'Assemblée plénière 2015 des évêques du Canada, un groupe de travail épiscopal a été mis sur pied pour formuler des recommandations en matière de collaboration pastorale et financière, afin que tous les diocèses et toutes les éparchies de notre pays puissent contribuer davantage à assister l'Église du Nord. Pleins de gratitude pour le travail accompli par nos prédécesseurs, et ayant tiré les leçons des réussites, mais aussi des erreurs du passé, nous envisageons de nouvelles formes d'évangélisation et de collaboration, nous qui sommes les collaborateurs de Dieu dans le champ que Dieu cultive et la maison que Dieu construit (1 Corinthiens 3,9).

Comme saint Paul nous l'a appris, nous formons ensemble le Corps du Christ, nous en sommes les membres. En exerçant nos fonctions, nos responsabilités et nos charismes respectifs – les dons de l'apôtre, ceux du prophète, le don de l'enseignement, les miracles, les dons de guérison, d'assistance, de gouvernement –, efforçons-nous de progresser dans l'amour en vue de construire l'Église (1 Corinthiens 12,27-28; 14,12).

Mgr Douglas Crosby, OMI
Évêque de Hamilton
Président de la Conférence des évêques catholiques du Canada

Le 25 janvier 2016


Version PDF

 

Mise à jour le Lundi, 25 Janvier 2016  
Le Saint-Siège
Centre canadien d’œcuménisme
Organisme catholique pour la vie et la famille
opm
Sel + Lumière
wydcentral
DP FR Quick 






FaitesUnDon
famine-bt185x200-fr
WMOF2018-Dublin-Ireland
184-940K FR

devp-logo-fr-50e

Logo 500e Reforme
Kit
Euthanasia FR
life-giving-fr
criteria
lespeuplesautochtones
vieetfamille
sexabuse2015fr

dyk1

Monseigneur Vincent Nguyen est devenu le premier évêque canadien originaire de l'Asie orientale. Son arrière grand-père est un martyre vietnamien.